UEMOA : Le « consommer local » pour booster le marché commun

La commission de l’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA) la première édition du « mois d’octobre, mois du consommer local » au sein des Etats membres de l’organisation, a lancé le mardi 6 octobre 2020, à Ouagadougou.

L’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA) veut plus que jamais engager les populations de son espace dans la consommation des produits locaux. Dans cette dynamique, le président de la Commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima,  a lancé,  la première édition de la campagne de valorisation des produits locaux dénommée « mois d’octobre, mois du consommer local », le mardi 6 octobre 2020, à Ouagadougou, en présence du ministre burkinabè du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, par ailleurs parrain de l’édition.

Selon Abdallah Boureima, la concrétisation de cette initiative répond à l’objectif final du traité de l’UEMOA qui est la création d’un marché commun, fort aujourd’hui de près 130 millions d’habitants. Malheureusement, le commerce intracommunautaire tourne autour de 15% ; alors sur d’autres marchés communs comme l’Union européenne, il représente 60% des échanges commerciaux, a déploré M. Boureima. Pour lui, il importait donc de prendre des dispositions utiles pour encourager la production de qualité mais aussi pour intéresser le consommateur communautaire aux produits locaux, afin que le marché commun ne soit pas un vain mot. « L’objectif ultime de cette initiative  de promotion du « made in UEMOA », est de créer un espace  de dialogue entre les consommateurs et les producteurs locaux, une des conditions de la promotion de l’économie locale », a-t-il indiqué.

Au cours de ce mois d’octobre, la vie des principales villes de la zone UEMOA sera rythmée par des ateliers de réflexion sur les défis, les obstacles et les mécanismes de promotion de la consommation locale, des foires et expositions des produits locaux, des activités d’informations des consommateurs, a laissé entendre le président Boureima. L’ambition de l’Union est de faire du « mois du consommer local » une réalité au-delà d’une simple manifestation de promotionnelle d’une durée d’un mois, a-t-il conclu.

Promouvoir les produits locaux

Le ministre burkinabè  du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a salué de la diligence avec laquelle la Commission de l’UEMOA a opérationnalisée cette recommandation des ministres en charge du commerce malgré la COVID-19 et qui vise à améliorer et susciter l’intérêt et l’adhésion des populations aux efforts de transformation et de consommation des produits locaux dans l’espace communautaire.

Pour Harouna Kaboré, cette initiative de l’UEMOA conforte la politique du gouvernement  burkinabè en matière de promotion des produits locaux  qui a déjà pris un certain nombre de mesures nationales. Il s’agit, entre autres, de la labélisation des produits comme le pagne Faso Danfani, le Chapeau de saponé, l’initiative 100 produits certifiés, la facilitation de l’accès des produits locaux à la commande publique.

Au plan national, ce mois promotionnel du consommer local, placé sous le haut patronage du président du Faso,  sera marquée par des ateliers de réflexions, des expositions et surtout par le dévoilement du logo du « made in Burkina » pour les produits burkinabè.

Le représentant de la Chambre consulaire régionale de l’UEMOA, Dadja Abdoulaye, cette initiative communautaire constitue une occasion pour faire découvrir les vertus et les qualités des produits locaux de l’Union mais aussi pour sensibiliser les populations à la nécessité d’encourager la production location à travers leur adhésion au « consommer local ».

Dans  même la veine, transformatrice de céréales locales, salamata Sawadogo, et exposante de différents produits agroalimentaires à la première édition du mois de consommer local, ne tarit pas d’éloges à l’égard de cette « bonne initiative » de l’UEMOA. « Elle est en phase avec le souhait des transformateurs locaux qui d’amener tout le monde à consommer local. Nous souhaitons que cette initiative se pérennise, surtout que l’édition prochaine soit une foire plus grande et s’étalant sur une semaine », a-t-elle souhaité. Pour elle, lorsqu’il y a un intérêt au niveau institutionnel pour les produits locaux, cela a un effet d’entrainement au niveau les populations à la base.

« Cette campagne de promotion du « mois d’octobre, mois du consommer local » devra également permettre aux gouvernements et institutions étatiques d’étudier les conditions de préférence à offrir aux entreprises locales, dans l’approvisionnement et à l’occasion des passations des marchés publics de biens et services », a suggéré le représentant du secteur privé de l’UEMOA.

 

Pour le ministre Kaboré, l’institution du « mois d’octobre, mois du consommer local » dans l’espace UEMOA constitue un hommage au « capitaine du consommons local », le président Thomas Sankara. C’est par la visite des stands d’exposition que les officiels ont mis fin au mois du consommer local.

Mahamadi SEBOGO

Windmad76@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.