Sécurisation des élections présidentielle et législatives: Les encouragements de la CEDAO à la grande muette

Le commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité, de la commission de la CEDEAO, le Général Francis Béhanzin, s’est entretenu avec la hiérarchie militaire, le samedi 21 novembre 2020, à Ouagadougou, sur le dispositif sécuritaire mis en place dans le cadre du scrutin couplé présidentiel et législatif.

 Le contexte sécuritaire dans lequel se déroulent les élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020 a nécessité l’implication des toutes les forces militaires et paramilitaires dans la sécurisation du processus électoral. Le commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de la commission de la CEDEAO, le Général Francis Béhanzin est allé s’enquérir du dispositif sécuritaire mis en place à l’occasion auprès de la hiérarchie militaire dans la matinée du samedi 21 novembre 2020, à Ouagadougou. Entouré de tous les premiers responsables forces militaires et paramilitaires, le chef d’Etat-major général des armées, le Général de brigade, Moïse Miningou, a présenté les différentes facettes de la sécurisation du double scrutin. La première phase qui a concerné la campagne électorale s’est bien déroulée, selon les confidences de l’émissaire de la CEDEAO, le Général Francis Béhanzin, à sa sortie du briefing. « La première phase est passée et il n’y a pas eu d’incident majeur. La deuxième phase concerne le vote, le dépouillement et l’annonce des résultats et la troisième est  relative à la période post-électorale. Je suis satisfait de ce que nous avons entendu au niveau politique et des tous les acteurs du processus électoral. Le peuple burkinabè a accepté de faire comprendre à toute l’Afrique sa maturité politique », a-t-il déclaré. Grâce au dialogue politique, a souligné le Général Béhanzin, tous les acteurs politiques se sont accordés pour vivre l’événement comme « un moment festif ».  « Que la population n’ait pas peur. Que les acteurs politiques n’aient pas peur. Les FDS vont jouer leur rôle régalien à savoir protéger tout le territoire national. Elles vont respecter leur posture républicaine en démontrant leur professionnalisme afin que tout le monde soit protégé pour des élections paisibles au Burkina Faso », a indiqué le commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de la commission de la CEDEAO. Sur la même lancée, le d’Etat-major général des armées, le Général de brigade, Moïse Miningou, s’est réjoui du soutien de l’institution régionale au travail qu’ils sont en train de faire. « Comme il l’a dit, nous demandons à tout le monde d’être serein. Cela fait des mois que nous sommes en train de planifier et nous sommes dans la phase d’exécution de notre dispositif sécuritaire. Grâce au Tout-Puissant, la première phase s’est bien déroulée. Durant toute la campagne, nous n’avons pas eu d’incident sur le déroulement du processus électoral », a-t-il soutenu. Il a précisé que le cas de leurs hommes qui sont tombés au Sahel  s’inscrivait dans le cadre de leur mission régalienne. « Nous sommes sûrs que les votes vont bien se dérouler. N’ayez pas peur, allez voter et que le meilleur gagne », a conclu le Général de brigade, Moïse Miningou.

Karim BADOLO

Légende/Crédit photos : CEMGA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.