Respect de la législation sociale : 421 infractions relevées en 2020 au Sud-Ouest

Le directeur régional de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Brahima Pakodtogo (milieu): « Les réalisations de l’année précédente se chiffrent à un taux d’exécution de 98,90% »

La direction régionale de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale du Sud-Ouest a animé une conférence de presse, le mercredi 3 février 2021 à Gaoua. A l’occasion, la direction a présenté les actions menées en 2020.

Dans le cadre de ses missions de contrôle de l’application de la législation du travail, du règlement des conflits individuels et collectifs de travail, des conseils et informations en direction des partenaires sociaux, la direction régionale de la Fonction publique, du Travail et la Protection sociale du Sud-Ouest a mené plusieurs actions en 2020. Elle a fait le bilan de ses activités de l’année écoulée, le mercredi 3 février 2021 à Gaoua, au cours d’une conférence de presse. Au titre du respect de la législation sociale, la direction a effectué 128 contrôles dans des entreprises et relevé 421 infractions.

Aussi, elle a délivré près de 300 documents aux travailleurs et aux entreprises, notamment des fiches de déclaration d’ouverture, des attestations de soumission aux marchés publics, des attestations de chômage. Sur la promotion du dialogue sociale, le directeur régional de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale du Sud-Ouest, Brahima Pakodtogo, a relevé l’organisation d’ateliers de formation et de sensibilisation, le traitement et le règlement de conflits individuels de travail. « En ce qui concerne la promotion de la sécurité et santé au travail, la direction a effectué des sorties de sensibilisation qui ont permis aux équipes de l’inspection du travail de toucher 42 entreprises et sensibiliser 192 travailleurs sur les mesures barrières entrant dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 en milieu de travail », a soutenu le directeur régional.

Dans la lutte contre le travail des enfants et la promotion de la protection sociale également, M. Pakodtogo a noté plusieurs activités menées dont des émissions radiophoniques et des tournées de sensibilisation. « Lors des contrôles d’entreprises, 113 travailleurs non affiliées à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et 19 autres non affiliées à l’Office de santé des travailleurs (OST) ont été enregistrées », a-t-il fait savoir. Quelles sont les infractions les plus récurrentes ? Qu’est ce qui explique ces infractions ? A ces préoccupations des journalistes, le chef de service de l’inspection du travail, Ablassé Bougma, a expliqué que l’absence de cartes de travail, la non- tenue des visites médicales et la non- déclaration des travailleurs à la CNSS constituent les principales infractions.

Selon lui, elles s’expliquent par leur incidence financière à laquelle les entreprises ne veulent pas faire face. Malgré le taux d’exécution estimé à 98,90%, Brahima Pakodtogo a souligné que la pandémie du coronavirus, l’insuffisance du budget, l’inaccessibilité de certaines localités du fait de l’état des voies et l’inadéquation des locaux de la direction n’ont pas permis la réalisation de toutes les activités programmées. En perspectives, plusieurs actions seront menées, à l’écouter, en 2021.

Joseph HARO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.