Rentrée parlementaire au Mali : Bala Sakandé invité par son homologue malien

Le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé a reçu en audience, le mercredi 24 mars 2021 à Ouagadougou, une délégation du Conseil national de la Transition (CNT) du Mali, conduite par son 1er vice-président, Assarid Ag Ambarcaoune.

Le Conseil national de la Transition (CNT) du Mali veut s’inspirer de l’expérience du parlement burkinabè pour réussir sa mission. Une délégation du CNT conduite par son 1er vice-président, Assarid Ag Ambarcaouane, a été reçue à cet effet par le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, hier mercredi 24 mars 2021 à Ouagadougou. A sa sortie d’audience, l’émissaire malien dit être venu transmettre un message au chef du parlement burkinabè. Il s’agit, a-t-il confié, d’inviter le PAN burkinabè à la prochaine rentrée parlementaire du CNT à Bamako prévue pour se tenir le 5 avril 2021. Aux dires de M. Ag Ambarcaouane, le président Sakandé les a rassurés de répondre favorablement à l’invitation de son « frère » et président du CNT, le colonel Malick Diaw. « Il nous a reçus avec toute la sympathie qu’il faut. Nous sortons de cette audience extrêmement satisfaits. D’ailleurs, cela ne nous étonne pas, compte tenu des relations séculaires et amicales qui existent entre les deux pays », s’est réjoui le chef de la délégation malienne.

Assarid Ag Ambarcaouane a par ailleurs laissé entendre que la rencontre a été une occasion pour sa délégation d’aborder quelques questions d’intérêt pour les deux pays notamment la question sécuritaire. A ce propos, il a indiqué que la souffrance des populations du Sahel commande que cette problématique soit au menu des échanges. « Je suis venu au Burkina en 2012 au moment où votre pays était médiateur dans le conflit inter-malien. Le Burkina n’était donc pas confronté à ce genre de conflit. Aujourd’hui, nous sommes tous les deux frappés par le terrorisme international de l’Etat islamique, d’Al-Qaïda et un certain nombre de groupes qui terrorisent les populations et qui affectent nos soldats », a-t-il regretté. Puis de préciser qu’il demeure convaincu que le Burkina Faso et le Mali sortiront victorieux dans ce combat pour permettre aux populations des deux pays de vivre dans la paix et la sérénité.

Concernant les velléités de certains caciques de la Transition de conquérir l’appareil d’Etat, M. Ag Ambarcaouane a donné des éclaircissements. « Nous sommes des législateurs pour un temps bien déterminé. La Transition a une durée de vie de 18 mois et nous faisons tout pour respecter ce délai », a-t-il soutenu. Le comportement des uns et des autres à l’intérieur de la transition n’intéresse pas le CNT, a-t-il précisé. Il a également insisté sur le rôle du CNT qui est d’adopter des réformes politiques qui doivent amener le Mali à des élections générales, transparentes, justes et crédibles acceptées par tous.

Abdoulaye BALBONE
Irène Laure YAMEOGO (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.