Quota de 30% de jeunes aux postes nominatifs et électifs: Les Alumni PYPA du Burkina font le plaidoyer

Le bureau national du Réseau des Alumni PYPA du Burkina Faso a été reçu en audience par le président du Conseil national de la Jeunesse du Burkina (CNJ/BF), Moumouni Dialla, le mardi 22 juin 2021, au siège du CNJ à Ouagadougou. Il s’est agi pour les Alumni de présenter leur projet de plaidoyer pour l’adoption d’un quota de 30% de jeunes aux postes nominatifs et électifs et solliciter l’accompagnement du CNJ.

 Le réseau des Alumni PYPA du Burkina Faso est déterminé à faire aboutir son plaidoyer pour l’adoption d’un quota de 30% de jeunes soit 15% de femmes et autant d’hommes aux postes nominatifs et électifs. Ainsi, le bureau multiplie les actions-terrains pour rallier les principaux acteurs à sa cause. Pour preuve, le 17 décembre 2019, le réseau a remis au président de l’Assemblée nationale, un avant-projet de loi sur le quota de 30% des jeunes dans les postes nominatifs et électifs.

Actuellement, le Réseau est en pleins préparatifs d’un atelier sur cette question. Dans ce sens, il est allé présenter son projet au premier responsable du Conseil national de la jeunesse (CNJ), Moumouni Dialla et a sollicité le soutien du CNJ qui est la structure faîtière des associations de jeunes au Burkina Faso.

Selon le Coordonnateur du réseau des Alumni PYPA Burkina, Ivo Nabé, les échanges ont été enrichissants. Pour lui, étant donné que le CNJ est présent dans les 13 régions du pays, un tel projet ne peut pas se passer de cette structure. « Il était important que la première rencontre soit avec le Conseil national de la jeunesse afin que nous puissions échanger et demander son accompagnement, et voir dans quelle mesure, au cours de l’atelier à venir sur le quota des jeunes aux postes nominatifs et électifs, pour que le CNJ puisse participer pour contribuer à l’élaboration de la stratégie de plaidoyer afin qu’on puisse conduire la pétition l’année prochaine », a expliqué M. Nabé à sa sortie d’audience.

A l’entendre, c’est sans surprise que le CNJ s’est engagé à soutenir cette initiative. « Le président du CNJ est une personne disponible et prête pour la jeunesse. Il nous a fait des propositions et nous a encouragé. Je pense qu’il va effectivement nous accompagner pour qu’au-delà de la stratégie, l’on puisse mener d’autres actions pour le bonheur et la participation des jeunes à la gouvernance de notre pays », a déclaré Ivo Nabé.

De son côté, le président du CNJ, Moumouni Dialla a salué cette démarche inclusive du Réseau des Alumni PYPA du Burkina. « Le plus important pour nous aujourd’hui, c’est de voir comment nous pouvons conjuguer nos efforts et surtout accompagner cette dynamique. Le CNJ/BF entend accompagner totalement les initiatives qui visent à la promotion des jeunes engagés en politique », a dit Moumouni Dialla. Il a souligné que le plaidoyer engagé par le Réseau fait partie des prescriptions de la charte africaine de la jeunesse. Et le pays des Hommes intègres a ratifié la charte de la jeunesse en 2008.

Une position qui contraint selon ses termes tous les acteurs à accompagner ces genres d’initiatives. « Nous sommes dans l’obligation, dans le devoir moral et professionnel de contribuer, d’accompagner et d’user de tous les moyens pour que la jeunesse engagée en politique puisse être à des niveaux élevés pour porter la voix de la jeunesse burkinabè », a assuré le président du CNJ.

Il a rappelé aux acteurs politiques et autres partenaires au développement que s’ils prônent la jeunesse comme l’avenir, c’est maintenant qu’il faut préparer cet avenir. Car, a-t-il dit, si le Burkina veut bien se développer et avancer, il faudra bel et bien conjuguer avec les jeunes, quel que soit le domaine.

PYPA (Program for young politicians in Africa) est un programme novateur de renforcement de capacités des jeunes leaders politiques en Afrique financé par l’Agence suédoise de coopération au développement international (ASDI). PYPA a été créé en 2012 et regroupe des jeunes Africains de 7 pays en Afrique de l’Ouest âgés de 18 à 35 ans ayant une expérience en politique. En 2019 et 2020, le programme a été mis en œuvre en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Mali, au Niger, au Sénégal et au Togo.

Gaspard BAYALA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.