Projets du ministère des Infrastructures : des performances en baisse

Dans le cadre de l’évaluation des projets et programmes du secteur de planification : « Infrastructures de transport, de communication et d’habitat (ITCH) » sur l’exercice 2019-2020, le ministère des Infrastructures et du Désenclavement a organisé, le mardi 6 juillet 2021 à Ouagadougou, la revue de l’assemblée sectorielle autour de 25 projets évalués.

Certaines réalisations en lien avec la voirie ont été bien menées.

Les projets et programmes de développement du secteur de planification «Infrastructures de transport, de communication et d’habitat (ITCH) » ont connu une performance moyenne avec une note globale de 29,38/50 en baisse comparativement à l’évaluation de l’exercice 2017-2018 qui était de 32,63/50. C’est ce qui est ressorti de l’assemblée sectorielle d’évaluation des projets et programmes du secteur de planification exercice 2019-2020 tenue, le mardi 6 juillet 2021, à Ouagadougou. Au total, ce sont 25 projets et programmes qui ont été décortiqués par le comité d’évaluation qui a fait ressortir différentes situations par programme et projet. En effet, sur la base de critères spécifiques, l’évaluation de six projets ont été classés au 1er rang (projets au vert) traduisant ainsi un risque minime de non atteinte des objectifs. Neuf autres au 2e rang (projets orange) qui traduit un risque modéré de non atteinte des objectifs et dix projets au 3e rang (projet au rouge) qui présentent tous les risques de non atteinte des objectifs. Ces derniers sont parfois à l’arrêt ou plongés dans une inactivité liée à divers facteurs. Pour le Secrétaire général (SG) du ministère des Infrastructures et du Désenclavement, Ollo Franck Hervé Kansié, ces projets et programmes s’inscrivent en droite ligne de la politique sectorielle ITCH qui couvre la période 2018-2027 avec pour objectif le développement durable et résilient des secteurs de Transport, de la Communication et de l’Habitat en vue d’améliorer leur accessibilité à toutes les couches socio-professionnelles et partant de favoriser la transformation structurelle de l’économie nationale.

Il a précisé que c’est dans le cadre de la recherche de l’efficacité dans la gestion des projets et programmes qu’il a été institué au niveau national l’évaluation biennale des performances des projets et programmes de développement par secteur de planification. «Cette démarche rétrospective qui consiste à analyser et examiner nos projets et programmes permet d’améliorer la mise en œuvre des projets de développement au bénéfice des populations et de rendre plus visibles leurs effets et impacts sur le développement», a déclaré M. Kansié. Mais au regard des insuffisances et contraintes dans la mise en œuvre de certains projets et programmes, le SG a souhaité que des solutions idoines soient trouvées. «Beaucoup d’efforts restent à faire pour améliorer la performance de notre secteur», a-t-il reconnu.

Il a alors exhorté les participants à faire une analyse sans complaisance des forces et faiblesses, relever les menaces et recenser les opportunités à la lumière des résultats de l’évaluation en vue d’utiliser les forces et opportunités pour relever les faiblesses et juguler les menaces. « Je vous invite à faire des propositions de mesures à même d’accroître les performances de nos projets et programmes », a exhorté Ollo Franck Hervé Kansié. La présentation par PowerPoint du rapport d’évaluation des projets et programmes de l’exercice 2019-2020 par la directrice générale des études et des statistiques du ministère en charge des infrastructures, Sonia Kaboré, a permis aux participants de cerner les critères de performance, de bonne gouvernance et d’efficacité des projets.

Wanlé Gérard COULIBALY
Wahabou OUBDA (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.