Sécurité alimentaire : un réseau de contrefacteurs démantelé

Des produits prohibés ont été écoulés dans différents marchés du pays.

Le Service régional de la police judiciaire (SRPJ) du Centre a animé une conférence de presse, le jeudi 29 juillet 2021, à Ouagadougou. Il a présenté aux journalistes des produits prohibés saisis.

Dans sa mission régalienne de protection des personnes et de leurs biens, le Service régional de la police judiciaire (SRPJ) du Centre vient de mettre fin aux activités d’un réseau spécialisé en contrefaçon de produits divers de grande consommation. C’est à cet effet qu’il a animé une conférence de presse, le jeudi 29 juillet 2021, à Ouagadougou pour présenter ces présumés auteurs et attirer l’attention des populations sur la qualité des produits qu’elles consomment.

Estimés à une dizaine de millions F CFA, c’est plus de 9 000 produits prohibés qui ont été saisis par le SRPJ du Centre. Mais, plus de 3 000 cartons de produits divers ont été écoulés sur le marché. Ainsi les produits concernés sont du sel de table, du vinaigre, des arômes et de l’eau de javel. Au total cinq employés de commerce ont été interpelés pour fabrication de produits contrefaits. Selon le commissaire principal de police, Sayibou Galbané, les contrefacteurs, dont deux sont en cavale, exerçaient cette activité depuis trois ans. De leur mode opératoire, a expliqué M. Galbané, ils exerçaient clandestinement dans leurs domiciles situés à Saaba et Warsin/Zone 1 de la ville de Ouagadougou.

« Ils y fabriquent lesdits produits et les conditionnent dans des emballages recyclés qu’ils se procurent avec des personnes dans les marchés de Boins-Yaaré et Sankar-Yaaré. Après, ils contactent leurs complices qui, à l’aide de tricycles, se chargent de les livrer aux différents clients », a-t-il ajouté. Ainsi, les produits sont livrés dans les provinces et à Ouagadougou dans les grandes boutiques de la Zone d’activités diverses (ZAD), au grand marché, à côté du cimetière municipal et de Sankar-yaaré.

Le commissaire principal de police, Sayibou Galbané, a appelé les autorités en charge du commerce et la ligue des consommateurs à accentuer les contrôles auprès des boutiques.

Il a souligné que les emballages utilisés sont de marques Madar, La Croix pour les eaux de javel, Deltasalt, Top Budget Sel Fin, Sel de mer iodé pour les sels de table et les essences 3 Lion pour les arômes. Par conséquent, le commissaire de police, Josué Zabsonré a appelé les consommateurs à plus de prudence. De ce fait, il a donné quelques indices afin de distinguer le vrai produit du faux. Pour les contrefaçons, il a relevé, entre autres, les emballages usés, les dates de péremption mises au tampon, les impuretés « sous-marin » dans les arômes, l’absence de scellage et de « craquages » à l’ouverture des bouteilles. Quant aux maisons-mères, il les a invitées à régulièrement changer leurs emballages afin d’éviter les imitations des malfaiteurs.

Pour une confiance entre le fabriquant et les consommateurs, M. Zabsonré les a exhortés à plus de précautions. « Nous les invitons à beaucoup communiquer sur leurs produits, voire, à intervalle régulier, modifier légèrement l’aspect de leurs emballages afin d’éviter aux contrefacteurs de suivre le rythme », a-t-il souhaité. Quant au président de la Ligue des consommateurs, Dasmané Traoré, il a convié la population à dénoncer ces malfaiteurs. Car, a-t-il dit-il, le meilleur protecteur du consommateur, c’est le consommateur lui-même.

 

SIDGOMDE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.