Tragique fin pour un enseignant à la retraite

 

Kantigui a appris qu’un crime a été commis dans la nuit du 12 au 13 août 2021 au secteur 4 de Ouahigouya. La victime, selon une source proche de la famille, est un enseignant à la retraite depuis le 1er janvier 2021. Vivant seul dans sa cour, il avait pour habitude de dormir à la belle étoile. Au cours de cette tragique nuit, a témoigné la source de Kantigui, les assaillants auraient frappés à plusieurs portes du voisinage, cherchant le domicile de la victime. Après leur forfait, ils auraient même pris le temps de se servir de la bière dans le réfrigérateur du défunt, qu’ils ont bu, laissant sur place les bouteilles vides. « En quittant les lieux, ils ont laissé l’arme du crime (le couteau) et un gant ayant servir à poser l’acte. C’est le matin qu’un voisin a découvert le corps sans vie dans la cour baignant dans le sang car le portail est resté ouvert. Celui-ci a alerté la famille ainsi que la gendarmerie », a-t-on détaillé à Kantigui. Le corps a été inhumé le même jour et l’enquête suit son cours. Kantigui, tout en regrettant cette ignominie, souhaite que les auteurs soient mis aux arrêts le plus tôt possible.

Le syndicat des jardiniers et pépiniéristes est né

Kantigui a eu vent de la création du Syndicat national des jardiniers et pépiniéristes du Burkina Faso (SYNAJAP), suivant un récépissé daté du mars 2021.  Cette structure syndicale se fixe pour objectif général de défendre les intérêts moraux et matériels de ses membres. A cet effet, a noté Kantigui, elle entend, relever le niveau social et économique de ses membres à travers des formations, développer l’esprit coopératif dans les secteurs modernes et informels et faire la promotion d’espèces pourvoyeuses de produits forestiers non ligneux (PFNL). Kantigui souhaite bon vent au SYNAJAP, qui ambitionne d’accompagner le gouvernement dans sa politique environnementale pour un « Burkina verdoyant et un développement durable ».

Une querelle de chefferie à Doundougou

Avec une vidéo à l’appui, Kantigui a été interpelé sur une situation inquiétante dans le village de Doundougou, commune de Zamsé dans la province du Ganzourgou (région du Plateau central). En effet, les populations du quartier Zamsé dudit village sont sur le point d’être chassé de Doundougou. Interrogée sur les raisons de cette inimitié, la source de Kantigui a fait savoir qu’une querelle de chef de terre les oppose aux autres habitants du village. Les populations de Zamsé sont accusées de ne pas faire allégeance au chef de Doundougou, ce qui leur vaut la destruction de leurs habitats, champs de cultures et une interdiction de séjourner dans le village et de fréquenter le marché. Selon l’informateur de Kantigui, les populations de Zamsé ont cherché à introniser leur chef auprès du chef de Koupela « comme à l’accoutumée ». « Les populations de Doundougou, avec l’instigation de leur chef, estiment que ce n’est pas possible et leur demande de quitter leur village », a signifié la source. Kantigui appelle les autorités à ouvrir l’œil et le bon au plus vite, avant que le pire n’arrive.

 

Kantigui

kantigui2000@gmail.com

(+226) 25 31 22 89

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.