Situation nationale : Les deux engagements clés du MPSR

Les militaires soutiennent avoir pris le pouvoir pour reconquérir l’intégrité du pays.

Dans l’annonce de leur prise du pouvoir par les armes, lundi 24 janvier 2022, les militaires auteurs du coup d’Etat ont exprimé leur disposition à respecter les droits de l’homme et à revenir à l’ordre constitutionnel, dans un délai raisonnable.

La communauté internationale ne tolère pas les attaques à l’ordre constitutionnel et manifeste déjà son hostilité à l’endroit des militaires qui ont officiellement annoncé avoir renversé le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, le 24 janvier 2022 à Ouagadougou. Prenant les devants dès l’annonce du putsch, le Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) s’est engagé à respecter les droits de l’homme et à œuvrer au retour à un ordre constitutionnel au pays.

En effet, le MPSR a tenté de rassurer les partenaires et amis du Burkina Faso de la « ferme volonté » du Burkina Faso qu’il contrôle désormais « de continuer à respecter ses engagements internationaux, notamment en matière des droits de l’homme ». A travers un communiqué lu à la télévision publique, les militaires se sont aussi engagés à proposer un calendrier de retour à un ordre constitutionnel « dans un délai raisonnable » et « après consultation des forces vives de la nation ».

Par ailleurs, les nouveaux hommes forts du pays ont tenu à souligner que le coup de force s’est opéré sans effusion de sang. « Les personnes arrêtées (…) sont détenues dans un lieu sûr et dans le respect de leur dignité », clament les militaires. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui a lourdement sanctionné la junte au pouvoir au Mali, a déjà condamné l’action des militaires à Ouagadougou qu’elle qualifie « d’acte d’une extrême gravité qui ne saurait être toléré ».

Elle prévoit un sommet extraordinaire sur le Burkina. De même, l’Union africaine, l’Union européenne et les Nations unies ont exprimé leur opposition à la rupture avec la normalité constitutionnelle. Quant aux militaires, ils soutiennent avoir pris le pouvoir dans le seul but de lutter pour redresser le pays et reconquérir l’intégrité du pays mise à mal par des attaques terroristes récurrentes depuis 2015. « Les événements d’aujourd’hui annoncent une nouvelle ère pour le Burkina Faso », selon les militaires qui ne se doutent point qu’ils affronteront dans les jours qui viennent des forces de l’intérieur tout comme de l’extérieur.

Aimé Mouor KAMBIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.