Insécurité dans la Kompienga : des manifestants réclament une opération d’envergure

Des organisations de la société civile ont battu le pavé, le samedi 11 juin 2022 à Pama, pour attirer l’attention des autorités sur l’accentuation de la crise sécuritaire dans la province de la Kompienga.

Sortie à l’appel de plusieurs Organisations de la société civile (OSC), de syndicats, de Personnes déplacées internes (PDI) et des communautés religieuses et coutumières, la population de Pama a marché, le samedi 11 juin 2022, pour dénoncer la dégradation de la situation sécuritaire dans la province de la Kompienga du fait du blocus terroriste. Une situation qui, selon les marcheurs, a occasionné une crise humanitaire « sans précédent ». Les manifestants ont arpenté quelques artères de la ville de Pama avant de rallier le haut-commissariat où ils ont adressé une lettre ouverte à l’autorité administrative. Dans cette lettre, les marcheurs ont dépeint la situation que vit la population de cette localité, sous l’emprise des groupes terroristes depuis maintenant quatre ans. « Cela fait 5 mois que la Kompienga est coupée du reste du Burkina Faso. Sur 43 villages

et secteurs, de la province, il n’ y a que Pama-centre et Kompienga-centre où l’on peut voir les traces de l’Etat burkinabè », peut-on lire dans le document dont Sidwaya a obtenu copie. Les manifestants ont évoqué les récentes attaques meurtrières contre des groupes de personnes de Madjoari qui fuyaient des Hommes armés non identifiés (HANI), ainsi que le dynamitage des infrastruc-tures de communication et des poteaux électriques privant toute la province d’électricité et de réseaux. Malgré les appels de la population, ont-ils ajouté, ces infrastructures n’ont toujours pas été réhabilitées. Pour les marcheurs, seuls une opération militaire d’envergure et le renforcement de l’assistance humanitaire peuvent permettre de soulager la Kompienga. Informés de la présence d’HANI dans les faubourgs de Pama, les manifestants ont regagné leurs domiciles, selon plusieurs sources locales. L’armée se serait rendue, d’après elles, sur les lieux pour en découdre avec ces HANI. Pour l’heure, aucun bilan n’est disponible.

Sidgomdé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.