Modernisation de l’administration : les «avancées significatives » enregistrées en 2021

Le Premier ministre, Albert Ouédraogo, a présidé, le jeudi 30 juin 2022, à Ouagadougou, la session ordinaire de l’année du Conseil national de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance.

Le ministre en charge de la fonction publique, Bassolma Bazié, a souhaité que ce CN-MABG puisse jeter les bases d’une administration résiliente.

Réunis en session ordinaire, le jeudi 30 juin 2022, à Ouagadougou, les membres statutaires et observateurs du Conseil national de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance (CN-MABG) ont passé au peigne fin, les actions menées en 2021 en vue de moderniser l’administration et de promouvoir la bonne gouvernance. Selon le Secrétaire permanent de la Modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance (SP-MABG), Etienne Kaboré, des « avancées significatives » ont été enregistrées en 2021 en matière de modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance au Burkina Faso. « En matière de modernisation de l’administration, nous avons développé un certain nombre d’outils modernes de gestion de notre administration publique. Il s’agit de la description des types de poste et l’évaluation de la charge de travail qui vont permettre de définir le nombre de personnes qu’il faut à chaque poste.

C’est également des manuels de procédures qui vont permettre à l’ensemble des agents publics de pouvoir délivrer des services de qualité », a-t-il indiqué. S’agissant de la bonne gouvernance, M. Kaboré a relevé qu’un travail est en train d’être fait afin de généraliser l’adoption des codes d’éthique et de déontologie au niveau de l’ensemble des ministères. « Nous sommes également en train de travailler sur un avant-projet de loi portant dépolitisation de l’administration publique et promotion de la méritocratie », a-t-il ajouté. Pour le ministre, de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Bassolma Bazié, cette rencontre se veut être un cadre d’orientation des actions de modernisation de l’administration et de promotion de la bonne gouvernance, mais aussi un cadre où l’engagement de tout un chacun est plus que sollicité pour faire de « notre administration, le socle sur lequel doit se reposer nos stratégies et politiques de développement ». Au-delà du socle économique, il a souhaité que ce CN-MABG puisse jeter les bases d’une administration résiliente au service des administrés car, à cause de la situation sécuritaire nationale, l’administration, ses acteurs et surtout ses administrés payent un lourd tribut. « De l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud, des agents publics assurent la présence de l’Etat au péril de leur vie.

Etre des acteurs du changement

Pour nous, ce sacrifice constitue la résilience indispensable à la modernisation de l’administration », a-t-il soutenu. Le Premier ministre, Albert Ouédraogo, a traduit la reconnaissance de la Nation aux agents publics qui s’investissent pleinement afin que l’administration continue d’exister sur l’ensemble du territoire national en dépit de la situation sécuritaire difficile. A l’en croire, un des défis à relever, est celui de la promotion d’une nouvelle vision de l’administration pour en faire un véritable cadre d’impulsion du développement économique, social et culturel du Burkina Faso. Pour ce faire, a-t-il signifié, une profonde introspection pour mettre à nu sans fards ni faux fuyants les dérives et les manquements de l’administration doit être faite. « Nous avons la responsabilité individuelle et collective d’être des acteurs du changement si nous voulons débarrasser notre administration des scories de la mal gouvernance et mettre un terme définitif à la prévarication et aux autres dérives qui grèvent l’efficacité du service public.

Cela passe, entre autres, par l’acquisition de nouvelles compétences et l’adoption de nouveaux comportements », a-t-il laissé entendre. Aux dires de M. Ouédraogo, cette session du CN-MABG constitue une importante instance de prise de décisions de réformes visant l’instauration d’un service public de développement orienté vers les résultats, l’appui à la compétitivité du secteur privé et l’accroissement des richesses et la réduction de la pauvreté. « Je salue la tenue de cette session et vous invite à mener des échanges francs et constructifs dans l’ultime objectif d’améliorer la qualité de vie de nos populations, aussi bien des villes que des campagnes », a-t-il exhorté. Une minute de silence a été observée en la mémoire des civils et des forces de défense et de sécurité tombés à cause du terrorisme. A l’issue de la cérémonie d’ouverture, les participants ont pris connaissance du rapport annuel 2021 de la Stratégie nationale de modernisation de l’administration publique (SNMAP) 2021-2025 et la synthèse des actions de moder-nisation de l’administration et la bonne gouvernance.

Timothée SOME

timothesom@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.