Le PAN, Alassane Bala Sakandé, a présidé l’ouverture de la session spéciale.

En prélude à la Déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, le lundi 18 février 2019 devant les députés, une session parlementaire spéciale s’est ouverte hier mercredi 13 février 2019.

Selon la Constitution burkinabè, dans les 30 jours qui suivent sa nomination, le Premier ministre doit faire sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale. «Cette déclaration est suivie de débats et donne lieu à un vote. L’adoption de cette déclaration vaut investiture du gouvernement.

Si la Déclaration ne recueille pas la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale, le président du Faso met fin aux fonctions du Premier ministre dans un délai de huit jours. Il nomme un nouveau Premier ministre … », précise la loi fondamentale. Nommé le 21 janvier 2019, le nouveau Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, sera donc devant la Représentation nationale, le lundi 18 février 2019, pour sa Déclaration de politique générale.

A cet effet, les membres de l’Assemblée nationale ont été convoqués pour une session spéciale, dont l’ouverture est intervenue le mercredi 13 février 2019 à Ouagadougou. Dirigée par le président de l’institution, Alassane Bala Sakandé, la plénière n’a enregistré aucun discours. En rappel, le format de la Déclaration de politique générale du chef de gouvernement devant le Parlement a connu une modification en 2018.

Les députés attendent le Premier ministre sur plusieurs questions touchant
à la vie de la nation.

Selon le nouveau règlement de l’Assemblée nationale, le temps consacré à l’exposé du Premier ministre ne doit pas excéder une heure et les députés auront au maximum une heure et demie pour formuler les questions à adresser au gouvernement. S’en suivra une suspension d’une heure qui sera accordée à l’exécutif pour lui permettre de s’organiser et apporter les réponses aux préoccupations des députés.

Hormis cela, la déclaration devrait parvenir aux députés au moins 24 heures avant l’exercice. Cette révision s’expliquait, de l’avis des parlementaires, par la recherche d’une certaine efficacité dans la conduite des travaux. «Tout le monde a dû remarquer que c’est très lassant de rester souvent de 16 heures à 24 heures à l’Assemblée nationale, c’est très difficile », avait déclaré un membre du comité ayant proposé la révision du format.

Le mandat de la nouvelle députée, Barakissa Konaté, a été validé au cours de l’ouverture de cette session spéciale. Elle remplace Salifo Tiemtoré, récemment nommé ministre de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes.

Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.