La gouverneure de la région du Centre-Sud, Josiane Kabré, à la tête d’une délégation d’autorités administratives, est allée, le lundi 17 juin 2019, rendre visite à une famille de déplacés de Tongomayel, forte d’une cinquantaine de personnes et installée dans la nuit du 16 juin 2019 à Kaïbo dans la commune rurale de Bindé, province du Zoundwéogo.

Face à la multiplication des exactions et des menaces de mort exercées par des groupes terroristes à Tongomayel dans la province du Soum, une cinquantaine de personnes, se réclamant d’une même famille, a décidé de trouver refuge à Kaïbo dans la commune rurale de Bindé, province du Zoundwéogo. Constitué en majorité de femmes et d’enfants, le groupe de réfugiés a reçu, le lundi 17 juin 2019, une délégation d’autorités administratives, conduite par la gouverneure de la région du Centre-Sud, Josiane Kabré.

A ses hôtes, la gouverneure leur a expliqué qu’ils sont venus principalement s’enquérir de leurs nouvelles. Le chef de famille des déplacés, Karim Ouédraogo, s’est dit reconnaissant pour cette marque de compassion et de solidarité. Il a témoigné également sa gratitude aux populations locales qui se sont montrées «très hospitalières» à leur égard.
Dans son récit sur la situation que lui et sa suite ont traversée, M. Ouédraogo a expliqué que depuis Tongomayel, ils ont rallié Djibo à pied, avec tous leurs biens, avant d’emprunter un camion jusqu’à Kaïbo où ils sont arrivés tard dans la nuit du 16 juin 2019. Mais avant leur départ, a-t-il poursuivi, ils avaient pris attache avec le chef du village de Kaïbo par l’intermédiaire d’un parent, en vue d’obtenir un espace où résider et cultiver.
Le représentant du chef de Kaïbo a confié que c’est après une concertation avec l’ensemble des notables et compte tenu de l’hospitalité qu’ils ont toujours fait montre à l’égard des étrangers, qu’un accord favorable a été donné à la famille de M. Ouédraogo. Toutefois, il a souligné que le nombre de réfugiés arrivés est largement au-dessus de ce qui avait été annoncé. Qu’à cela ne tienne, ils ont tenu à respecter la parole donnée et ont aidé leurs hôtes à trouver des logements temporaires et à se nourrir.

La gouverneure Josiane Kabré a remercié le chef de Kaïbo et ses collaborateurs pour leur gratitude envers des compatriotes en détresse. Par ailleurs, elle a invité les nouveaux venus à se plier aux lois et aux règles de vie de la communauté qui les a reçus. Au demeurant, elle a signifié aux déplacés que, dans les prochains jours, des services administratifs de tutelle vont s’atteler à leur apporter du matériel de première nécessité en attendant que d’autres solutions adéquates soient trouvées.

Mamady ZANGO
mzango18@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here