Musique Le comédien Hilaire Nana change de « rôle »

L’artiste-comédien burkinabè Hilaire Nana a dédicacé dans la soirée du samedi 29 juin 2019, à Ouagadougou, son tout premier album musical, un maxi de quatre titres, intitulé «Ramdé».

Artiste-comédien, conteur, et instrumentaliste, Hilaire Nana, vient de rejoindre la grande famille des musiciens burkinabè. Composée de quatre titres, sa toute première galette musicale, baptisée « Ramdé » (écho, en langue nationale mooré) a été dédicacée, le samedi 29 juin 2019 à Ouagadougou, en présence des hommes et femmes de médias. A l’entendre, son immersion dans l’univers musical est parti d’un constat après une quinzaine d’années passées sur les planches. « Les messages au théâtre ont un impact limité. Or, la musique permet de toucher un plus grand nombre de personnes en ville, et surtout en milieu rural », a-t-il expliqué. La mort, l’amour du prochain, la valorisation et la sauvegarde des valeurs culturelles africaines, etc. sont, entre autres, a-t-il dit, les thèmes abordés dans l’album. Je suis un fervent défenseur de la culture de notre continent, a-t-il ajouté. Dans le titre « Yaaba », a-t-il poursuivi, je porte un regard critique sur notre tendance à donner des noms d’origine occidentale à nos enfants. « Etre indépendant passe également par la vulgarisation des prénoms issus de nos différents terroirs », a déclaré le comédien-chanteur. Les trois autres morceaux ont été également commentés. « Dounia » tire la sonnette d’alarme sur l’importance de l’attachement aux valeurs ancestrales dans un monde en pleine mutation. De l’avis de Hilaire Nana, chaque personne devrait cultiver dans sa vie, l’amour du prochain, de sorte à laisser après sa mort, un excellent exemple à suivre. C’est la quintessence du titre « Koum » (mort, en mooré). Quant au quatrième morceau « Rogmika  » (us et coutumes en mooré), il traduit un cri du cœur lancé à l’endroit des dirigeants burkinabè et africains pour un retour aux sources. « Hilaire Nana est l’une des figures montantes de notre théâtre. Nous sommes heureux de le voir ajouter une autre corde à son arc. Promouvoir une œuvre artistique est l’une des tâches importantes dans toute carrière. Nous nous tiendrons donc à ses côtés pour assurer une bonne promotion à son produit », a promis le parrain de la cérémonie de dédicace, l’administrateur du Carrefour international de Ouagadougou (CITO), Martin Zongo. Le CD de l’album « Ramdé » coûte 3 000 F FCA, et est disponible
au CITO et dans les différents bacs
à disque.

Aubin NANA
Mamourou BENAO
(stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.