Le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso (CDC-BF), Paul Kaba Thiéba, a prêté serment devant des membres de la commission de surveillance de la caisse, le vendredi 12 juillet 2019, à l’Assemblée nationale.

Nommé, en Conseil des ministres du 27 mars 2019, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso (CDC-BF) et approuvé par décret présidentiel du 18 avril 2019, l’ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a officiellement pris fonction, le 12 juillet 2019. Il a juré de défendre loyalement les intérêts de la CDC-BF, à l’Assemblée nationale, devant la commission de surveillance de la CDC-BF, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, des membres du gouvernement, etc. Il a promis de maintenir l’autonomie de l’institution, de garantir l’inviolabilité de ses fonds, d’assurer sa sécurité, sa liquidité, sa rentabilité et de la représenter dans les actes de la vie civile avec honneur, intégrité, dévouement et probité. Pour le tout premier directeur général de la CDC-BF, le serment qu’il a prêté est un acte sacré d’être fidèle à la vision du chef de l’Etat, pour qui, la CDC-BF est une priorité absolue parmi les réformes indispensables au développement de l’économie nationale. «La CDC-BF ne sera pas une institution de plus. Elle sera une structure de financement du développement du Burkina Faso, crédible et solide», a soutenu M. Thiéba.

Félicité pour ses compétences

Le président de la commission de surveillance de la CDC-BF, le député Bindi Ouoba, a pris acte de la parole donnée du directeur général de la CDC-BF qui, pour lui, est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Il a, en effet, reconnu les compétences de Paul Kaba Thiéba à opérationnaliser l’institution. A l’occasion, le directeur général de la CDC-BF a été félicité par le chef du parlement burkinabè et les autres invités. Paul Kaba Thiéba a d’abord fait ses armes à la Caisse des dépôts et consignations de France, avant de servir à la banque centrale au début des années 1990. Fervent défenseur de l’initiative au Burkina Faso, il s’est réjoui d’avoir réussi à mettre en place la CDC-BF, sous la surveillance du parlement. La caisse est dotée d’un capital d’au moins vingt milliards de francs CFA.

Boukary BONKOUNGOU
Panson Antoinette BENON
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.