La ministre déléguée chargée de l’Aménagement du territoire, Pauline Zouré, a présidé, le vendredi 12 juillet 2019 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture de l’assemblée 2019 des projets et programmes du secteur «Gouvernance économique». La rencontre a été consacrée à l‘évaluation des performances desdites unités.

Les performances de 17 projets et programmes du secteur de la «Gouvernance économique» réunissant les ministères en charge des finances, de la jeunesse, de l’administration territoriale et de la fonction publique sont jugées «mitigées» avec 36 points sur 50, au titre des années 2017 et 2018. C’est ce qui ressort de l’assemblée sectorielle 2019, tenue le vendredi 12 juillet à Ouagadougou, sous la présidence de la ministre déléguée chargée de l’Aménagement du territoire, Pauline Zouré. Selon la ministre, deux projets et programmes ont des résultats insuffisants. Il s’agit du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) dont le budget est éparpillé dans plusieurs ministères et de celui d’appui à la mise en œuvre du PNDES qui n’a pas totalement démarré. Huit autres, dont le programme d’appui à la coopération Burkina Faso-Union européenne, celui d‘appui au financement adapté à l’agriculture familiale et le projet de gouvernance économique et participation citoyenne, ont fait des progrès passables. Dans le pool des projets avec une performance optimale, Pauline Zouré a dénombré sept, notamment le Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL), celui d’Appui aux collectivités territoriales (PACT), le Projet spécial de création d’emploi pour les jeunes et les femmes (PSCEJF). Pour Pauline Zouré, les résultats enregistrés sont satisfaisants au regard de la contrainte budgétaire, des remous sociaux et de l’insécurité qui empêchent le déroulement des activités. Les autres justificatifs relèvent de la gouvernance, à savoir la non-transmission à temps des rapports d’audit, les problèmes de justification des dépenses et de bonne préparation avant exécution. Outre la revue de la performance des ministères du secteur de la «Gouvernance économique», l’assemblée sectorielle s’est penchée sur le thème «La problématique de la maturation des projets et programmes au Burkina Faso : états des lieux, enjeux et perspectives». Les participants ont identifié aussi les facteurs entravant la bonne exécution et proposé des solutions susceptibles de dynamiser et de rationaliser la mise en œuvre des projets et programmes. Le secteur «Gouvernance économique» est l’un des 14 «secteurs de planification» identifiés dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Jean Philibert SOME
Boureima GANSONRE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.