Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience, le vendredi 30 août 2019, à Yokohama au Japon, le Haut-commissaire des Nations unies aux réfugiés, Filippo Grandi. Il a été question de la gestion des réfugiés et des déplacés internes au Burkina.

Le Haut-commissaire des Nations unies aux réfugiés, Filippo Grandi, suit de près la crise humanitaire que traverse le Burkina, du fait des attaques terroristes. Il a évoqué le sujet avec le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, au cours d’un tête-à-tête, le vendredi 30 août 2019 à Yokohama. « Nous nous sommes penchés sur les déplacements de populations au Burkina et au Sahel, une situation liée à la montée de l’insécurité qui nous préoccupe. Au Burkina, le nombre de déplacés internes a augmenté ces derniers mois. Il a été aussi question des problèmes liés à l’hébergement des refugiés maliens au Burkina », a indiqué le responsable onusien. Pour lui, l’assistance à ces personnes constitue un défi, mais le Burkina peut compter sur le soutien de son institution. « En tant qu’agence spécialisée, j’ai rassuré le président que nous allons continuer à appuyer le gouvernement et si possible augmenter notre aide », a confié M. Grandi. Il a souligné le fait que l’agence des Nations unies pour les réfugiés, le HCR, ait renforcé sa présence au Burkina. « Le président du Faso a souligné l’importance d’assurer l’aspect sécuritaire. Nous ne sommes pas une agence militaire ou de police, mais nous avons des instruments dans l’enregistrement des refugiés qui peuvent aider à l’effort légitime de maintenir la sécurité autour des structures qui les hébergent. C’est un aspect que nous allons étudier davantage », a par ailleurs soutenu l’hôte présidentiel.

Kader Patrick
KARANTAO
(Depuis Yokohama)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.