L’Ecole nationale de la garde de sécurité pénitentiaire (ENGSP) a organisé, le mardi 3 septembre 2019 à Ouagadougou, la cérémonie de sortie de la 4e promotion des agents de la garde de sécurité pénitentiaire. Avec pour nom de baptême «Patriotisme» 327 ont reçu leurs épaulettes en présence du ministre de la Justice, René Bagoro.

L’administration pénitentiaire burkinabè a reçu du sang neuf avec la sortie de la 4e promotion des élèves de l’Ecole nationale de la garde de sécurité pénitentiaire (ENGSP). Au nombre de 327, ces agents composés de 5 inspecteurs, 40 contrôleurs et de 282 assistants ont reçu leurs épaulettes au cours d’une cérémonie en présence du ministre de la Justice et de la hiérarchie militaire et paramilitaire. Sur l’ensemble des effectifs, deux assistants GSP ont été ajournés pour insuffisance de résultats, un exclu, et un autre décédé au cours de la formation. Selon le directeur général de l’ENGSP, l’inspecteur divisionnaire, Pascal Dabiré, la cérémonie de sortie est le couronnement d’un processus débuté en 2017, date d’admission des stagiaires au sein de l’école. Au cours des 24 derniers mois, les stagiaires sont passés par plusieurs étapes couvrant plusieurs domaines. «La formation militaire de base, la sécurité, l’administration et le management, l’étude du droit», a-t-il énuméré. Il a félicité les nouveaux lauréats pour les performances obtenues. Ce qui témoigne, selon lui, des sacrifices consentis par les uns et les autres. En effet, les moyennes oscillent entre 16, 32 et 14, 21. Le délégué général des élèves, par ailleurs major de la promotion avec une moyenne de 16, 32, l’inspecteur GSP, Harouna Sondé, au nom de ses camarades, a exprimé sa gratitude aux responsables de l’école ainsi qu’à l’ensemble du corps enseignant qui, a-t-il dit, n’ont ménagé aucun effort pour les accompagner au cours de la formation qui vient ainsi de s’achever.

«Au terme de ces deux années d’apprentis-sage, nous sommes désormais prêts à relever les défis qui nous attendent sur le terrain», a déclaré le porte-parole des sortants. Celui-ci a assuré les autorités de l’engagement des nouveaux promus à servir la nation, dans la discipline, avec dévouement, honneur et loyauté. M. Sondé a cependant relevé quelques difficultés liées à la vie de l’école. Il s’agit du manque de frais de subvention pour les travaux de recherches des élèves inspecteurs GSP, l’éloignement de l’établissement du Centre-ville, le manque de parking etc.. Pour le ministre de la Justice, René Bagoro, la sortie de cette 4e promotion des personnels GSP vient à point nommé : «Le contexte national est marqué par des attaques terroristes et le développement du grand banditisme dans les zones frontalières».
De son avis, cette situation interpelle les responsables de l’ENGSP à adapter la formation des stagiaires aux nouvelles exigences sécuritaires auxquelles le Burkina Faso fait face. S’agissant des doléances soumises par le délégué général des élèves, le Garde des Sceaux a promis de donner suite.

Pour ce faire, il a invité les responsables de l’ENGSP et le secrétaire général du département à mettre en place un comité de réflexion en vue de faire des propositions dans les meilleurs délais. La promotion baptisée «Patriotisme» a eu pour parrain, l’ancien ministre de la Justice, Jérôme Traoré. Le magistrat de grade exceptionnel a dit mesurer toute la responsabilité qui lui incombe après avoir exprimé sa gratitude pour le choix porté sur sa personne.
Il a invité ses filleuls à être des agents exemplaires sur le terrain dans un contexte où le pays fait face à la menace terroriste. «Faites preuve de détermination, de professionnalisme, de loyauté, de vigilance et d’efficacité une fois sur le terrain», a dit M. Traoré.
La cérémonie a pris fin par une parade militaire et une plantation symbolique d’arbres dans l’enceinte de l’école.

Beyon Romain NEBIE
nbeyornomain@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.