Les Forces armées nationales (FAN) du Burkina ont commémoré, le jeudi 17 octobre 2019, la journée d’hommage aux tirailleurs africains et aux frères d’armes tombés sur le champ d’honneur à travers un dépôt de gerbes de fleurs au pied du monument des Martyr de la Nation.

Les tirailleurs africains qui se sont battus aux côtés des troupes françaises pour la libération de la France pendant les deux guerres mondiales sont définitivement entrés dans l’histoire par l’institution de la journée d’hommage aux tirailleurs africains. Au Burkina Faso, cette journée, commémorée hier 17 octobre 2019 à Ouagadougou, a été une occasion pour les Forces armées nationales (FAN) de s’incliner devant la mémoire de leurs frères d’armes tombés sur le champ d’honneur. L’hymne aux morts donne le ton du cérémonial à la Place de la Nation. Deux soldats avancent à pas cadencés tenant des gerbes de fleurs. Derrière eux, le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Moumina Chériff Sy et le président de l’Association unique des anciens combattants, anciens militaires, veuves et orphelins de guerres, mais aussi le commandant à la retraite, Paul Tondé, suivent lentement jusqu’au pied du Monument des Martyrs de la Nation où ils déposent les gerbes. Dans un silence lourd, chargé d’émotion, l’instant est solennel. Pour Chériff Sy, les soldats voltaïques se sont illustrés par leur bravoure sur tous les fronts où ils ont été appelés à servir sous les drapeaux français pendant les deux grandes guerres. «C’est le lieu pour nous de leur rendre hommage et de saluer leur mémoire ainsi que celle de tous les soldats qui se sont sacrifiés en voulant défendre la patrie», a-t-il indiqué. Ce dernier a rappelé, avec regret, le fait que certains de ses militaires qui ont combattu avec honneur, dignité et fierté pour la France n’ont pas eu en retour la récompense attendue. «Les pensions ont été cristallisées et beaucoup d’entre eux sont morts avant d’être rétablis dans leurs droits par l’Etat français», a-t-il déploré. Chériff Sy a aussi traduit sa reconnaissance à l’Association unique des anciens combattants, anciens militaires, veuves et orphelins de guerre qui a saisi l’occasion pour remettre la somme d’un million F CFA en soutien aux Forces de défense et de sécurité (FDS). «C’est un geste fort important et nous le porterons à la connaissance du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le chef suprême des armées», a-t-il fait savoir.

Soutenir les jeunes frères au front

Le délégué des anciens combattants et anciens militaires, le colonel-major Komyaba Pascal Sawadogo, s’est réjoui de la tenue de cette journée dont l’objectif principal est de reconnaître le mérite des soldats africains ayant combattu aux côtés de la France pendant les grandes guerres et communément appelés tirailleurs sénégalais. «La journée est commémorée en France le 15 août de chaque année, date correspondant au débarquement de Provences en France tandis qu’en Afrique, elle se tient le 23 août date de la libération de la ville française de Toulon par le 6e Régiment de tirailleurs sénégalais (RTS) à l’époque», a expliqué le colonel-major. De l’avis du président de l’Association unique des anciens combattants, anciens militaires, veuves et orphelins de guerre, le commandant à la retraite Paul Tondé, plus qu’une commémoration, c’est un devoir de mémoire à l’endroit des soldats ayant combattu pour la libération de la France, qu’ils soient vivants ou morts. Selon lui, la participation des soldats africains et particulièrement ceux de la Haute-Volta de l’époque a été salutaire pour la France. «Nous étions nombreux. Certains d’entre nous sont tombés sur le champ d’honneur et les plus chanceux s’en sont sortis avec des membres incomplets ou fait prisonniers. C’est à ce prix que la France a été libérée de l’envahisseur allemand et de ses alliés», a précisé M. Tondé. Le don de la somme d’un million F CFA est une façon, a-t-il dit, pour les anciens combattants et anciens militaires de réaffirmer leur engagement à soutenir leurs jeunes frères, actuellement au front contre la menace terroriste et le grand banditisme. «Nous leur souhaitons beaucoup de détermination et de courage sur les théâtres d’opération sur lesquels ils se battent contre un ennemi indivisible », a conclu le militaire à la retraite.

Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.