Fonds environnement mondial : La phase 7 du programme de micro financement en élaboration

«Ce document après sa validation sera transmis au siège du PMF/FEM qui le validera en dernier ressort», a précisé le coordonnateur national du PMF/FEM, Noël Compaoré.

Afrique Educative Relative à l’Environnement (AFRIQUE’ERE), a organisé, le jeudi 24 octobre 2019 à Tenkodogo, un atelier sur l’élaboration de la stratégie nationale de la phase 7 du Programme de micro financement du Fonds environnement mondial (PMF/FEM).

De nombreux problèmes environnementaux dus, entre autres, à la désertification, aux effets néfastes du changement climatique et aux actions anthropiques assaillent le Burkina Faso et entravent son développement socio-économique. Ces problèmes ont engendré des conséquences visibles, à savoir la dégradation croissante des terres, des superficies boisées, la disparition de certaines espèces végétales et animales et végétales, l’irrégularité et l’insuffisance de la pluviométrie, le tarissement précoce des eaux de surface et la réduction du niveau d’eau des nappes phréatiques, la paupérisation croissante des populations…

Pour y faire face, le Burkina Faso a pris des dispositions institutionnelles, législatives et règlementaires dont  l’adoption de la Politique nationale de développement durable (PNDD) et de sa loi d’orientation, l’adoption du plan d’action sur les modes de consommation et de production durables et enfin, la redéfinition des missions du ministère en charge de l’environnement, etc. Outre ces mesures et dispositions institutionnelles et législatives, le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers dont le Programme de micro financement (PMF), déploient d’énormes efforts pour trouver avec les communautés locales des solutions aux problèmes environnementaux.

Créé pour s’occuper des questions environnementales, le Fonds environnement mondial (FEM) fonctionne par phase de projets pour une durée de 4 ans. Il est à sa 7e phase. Le jeudi 24 octobre 2019, Afrique Educative Relative à l’Environnement (AFRIQUE’ERE), a organisé un atelier sur l’élaboration de la stratégie nationale de la phase 7 à Tenkodogo. L’objectif global de l’atelier est de disposer d’un document de stratégie nationale conforme aux orientations du FEM et en adéquation avec les priorités environnementales nationales pour une mise en œuvre réussie de sa phase opérationnelle 7.

«Cet atelier sur l’élaboration de la stratégie nationale de la phase 7 du PMF/FEM est organisé au profit de la société civile, les services techniques de l’Etat et les élus communaux pour mener la réflexion qui doit conduire à des résultats. Ils seront présentés à un atelier national de parties prenantes du Burkina Faso pour valider un document de stratégie nationale déjà élaboré. Ce document, après sa validation, sera transmis au siège du PMF/FEM pour la validation», a précisé le coordonnateur national du PMF/FEM, Noël Compaoré.

Plusieurs étapes à franchir

Afin d’atteindre les objectifs fixés, Afrique’ERE, sous la supervision de la coordination nationale du PMF/FEM, a identifié les principales étapes du processus d’élaboration de la stratégie nationale de la phase opérationnelle 7. Il s’agit de mener des consultations avec les différentes parties prenantes tant au niveau central que local, obtenir un large consensus sur l’approche de la phase opérationnelle 7 du programme, choisir les axes stratégiques en tenant compte de la niche, des défis, des possibilités de synergie entre le programme FEM/PMF et les autres intervenants, déterminer le pourcentage de l’enveloppe à allouer aux projets en dehors des paysages prioritaires ainsi que les critères d’octroi de ces subventions.

Le directeur régional de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique (DREEVCC) du Centre-Est, Ousmane Dembélé a aussi soutenu que le FEM accompagne les communautés à la base pour les amener à s’adapter aux effets néfastes du changement climatique, notamment la conservation, la préservation de l’environnement et une meilleure production pour un bien-être. «Le FEM vient nous accompagner à accompagner les acteurs de terrain à préserver au mieux cet environnement, car, les demandes d’intervention en termes d’environnement sont nombreuses et les potentialités existent aussi dans notre région», a ajouté Ousmane Dembélé.

Bougnan NAON
naon_2012@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.