La sécurité a fait son boulot.

A la suite de la mort de 7 orpailleurs par éboulement, dans la nuit du 3 au 4 octobre 2019 sur le site d’orpaillage du village de Konkan dans la commune de Sidéradougou, le maire de la commune a temporairement fermé ledit site manu militari. C’était, le 18 octobre 2019 en présence du maire de Sidéradougou Lagansani Ouattara himself. Force est restée pour l’instant à la loi.

Ce 18 octobre 2019, les orpailleurs du site de Konkan dans la commune de Sidéradougou ont vidé les lieux sans faire résistance aux forces de sécurité. «Nous avons décidé dans un premier temps, de fermer le site pour faire respecter les textes en vigueur, à savoir mettre fin à l’indiscipline et l’incivisme de certains responsables miniers », a soutenu le maire de la commune rurale de Sidéradougou, Lagansani Ouattara.

Et d’ajouter que les mesures prises vont permettre « à celui qui aura la gestion du site de mieux s’organiser pour minimiser les problèmes rencontrés ». C’est à travers après une sensibilisation et une conscientisation qu’ils ont plié bagages sous les ordres des forces de sécurité venues de Banfora, de Bobo-Dioulasso et de Sindou. CRS, gendarmes et policiers ont cette fois-ci fait l’économie de leurs grenades lacrymogènes. Selon le maire de la commune, les forces de sécurité vont surveiller les lieux et dans les jours à venir, ils vont passer la main aux Dozos (groupe d’autodéfense).

Cette étape peut s’annoncer cruciale quand on sait que, dans la nuit du 3 au 4 octobre 2019, un affrontement entre orpailleurs et Dozos vite maîtrisé par les autorités locales sur le même site, avait causé un mort côté dozos. Connaissant le caractère téméraire de ces orpailleurs, ils sont capables de venir pour encore défier ces dozos. Qu’à cela ne tienne, un bulldozer a été mobilisé pour fermer les trous d’orpaillage sur le site et niveler le terrain.

Le village de Konkan est situé à quelques encablures de Kouêrê dans la commune rurale de Sidéradougou, sur l’axe Banfora-Gaoua, à environ 105 km de Banfora. Son site d’orpaillage est le dernier né dans les Cascades et a connu un boom en deux semaines. A en croire les services de sécurité départementaux, les artisans miniers du site de Konkan sont estimés à plus de 3 000 personnes. Selon Lagansani Ouattara, maire de Sidéradougou, le site d’orpaillage de Konkan s’est installé de façon «spontanée» le 27 septembre 2019.

A l’en croire, dès que l’information lui a été portée et au regard de l’affluence des miniers, plusieurs rencontres ont été initiées avec les artisans miniers afin de leur faire comprendre l’illégalité de leur exploitation. A propos, Lagansani Ouattara se fonde sur des textes régissant l’activité d’orpaillage au Burkina Faso. Il a fait référence à l’arrêté interministériel n°10-011/MCE/MATD/SECU du 12 juin 2010 portant interdiction de l’activité d’orpaillage dans la région des Cascades qui couvre la période du 1er juin au 31 octobre 2019.

Pour le maire de Sidéradougou, la situation de ce site était encore plus préoccupante du fait que les activités d’exploitation engendraient plusieurs difficultés. C’est le cas de l’éboulement mortel survenu dans la nuit du 3 au 4 octobre 2019, qui a coûté la vie à sept personnes dont cinq corps retrouvés dans les décombres et deux non retrouvés. Au nombre de ces décès, on ajoutait un blessé grave qui a été référé dans une structure sanitaire.

Lagansani Ouattara a cité également l’installation anarchique des trous d’exploitation, la tension entre les miniers eux-mêmes d’une part et d’autre part avec la communauté riveraine qui cherche à défendre leurs intérêts, et sans oublier les multiples éboulements déjà enregistrés et ceux qui pourraient encore survenir à en croire les orpailleurs eux-mêmes. C’est au regard de tous ces risques que les autorités communales ont proposé la fermeture du site à la tutelle.

Mamadou YERE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.