Le public a apprécié positivement la qualité des mets locaux.

La direction générale de la promotion de l’économie rurale a organisé, le dimanche 8 décembre 2019 à Tenkodogo, des journées promotionnelles des produits nationaux.

La population de Tenkodogo et les festivaliers venus de plusieurs localités du Burkina ont l’opportunité de consommer pendant 48 heures des mets nationaux. Des mets à base de riz, de niébé, de mil, de patate…ont été concoctés pour leur bonheur. Ce, à l’occasion des journées promotionnelles des produits nationaux, organisées pour la fête nationale. Pour le chargé de missions du ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles (MAAH), Aly Romba, cette séance de dégustation vise principalement à faire découvrir les savoir-faire locaux et les innovations en matière d’arts culinaires.

Il s’agit, selon lui, de développer la culture d’une alimentation saine, variée et équilibrée au sein de la population pour une bonne nutrition et une bonne santé. «Cette journée est organisée pour promouvoir cette culture de consommation de nos produits, mais aussi de permettre à l’ensemble de nos populations de comprendre que la meilleure qualité existe chez nous et nous devons la faire connaître», a ajouté le chargé de missions du MAAH. Le représentant de la directrice en charge de la transformation de l’alimentation, de la promotion de la qualité nutritionnelle et des normes des produits agricoles, Kiswend-Sida Jean Hubert Zongo, a, pour sa part, affirmé qu’une approche dénommée : «promotion des chemins courts» a été adoptée pour valoriser la culture des produits agricoles locaux dans les différentes régions.

C’est dans ce sens qu’il a affirmé que le ministère est capable de faire la traçabilité pour garantir la qualité première des produits. Il a, de ce fait, souligné que dans cette approche, leur structure vise à promouvoir la qualité afin d’assurer la sécurité sanitaire des produits
agricoles.
«Quand on prend le riz produit à Bagré, Koupèla ou à Tenkodogo, c’est du riz d’au maximum une année d’âge. Alors que le riz qui nous vient d’ailleurs et très souvent très ancien, d’au minimum 12 ans », a précisé M. Zongo. Et dire que le riz qui sera promu au cours de ces journées doit redonner le goût aux populations. Pour lui, les apports nutritionnels sont aussi promus, au-delà de la qualité sécuritaire qui a été évoquée.

Il a indiqué que si les populations intègrent la consommation des mets locaux dans leurs habitudes alimentaires, cela va booster la production des paysans et permettre de développer les provinces. « La consommation des mets locaux reste le levier essentiel pour absorber la production agricole locale, gage d’épanouissement et de richesses pour nos braves agricultrices et agriculteurs», a soutenu le chargé de mission du MAAH, Aly Romba. Celui-ci a confié que le ministère espère ainsi susciter un engouement et inciter une plus grande consommation des mets locaux. Pendant la séance de dégustation, quelques participants ont apprécié positivement l’initiative de l’organisation de ces journées promotionnelles des produits nationaux qui permettent, selon eux, de faire connaître les recettes made in Burkina.

Un adepte des produits locaux, Pascal Marie-Bernard, a préféré déguster les mets à base de feuille, notamment la sauce feuille «Koumvando», le «Badenda», le tô à base de riz et des galettes. Comme boisson, il a choisi le jus de «bissap». «C’est une très bonne idée de créer cette journée promotionnelle parce qu’elle nous permet de découvrir réellement la qualité de nos mets locaux. Ces repas nous procurent la santé», a-t-il noté. Mme Agnès Simporé, une autre dégustatrice, a félicité les restauratrices. Elle a trouvé que ces recettes à base de mets locaux sont très
délicieuses.

Wamini Micheline OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.