Lutte contre le COVID-19 L’Opposition demande l’annulation du budget du plan de riposte

L’Opposition politique (CFOP) a animé, le mardi 7 avril 2020 à Ouagadougou, une conférence de presse pour donner sa lecture de la gestion de la crise de la pandémie du COVID-19 et sur bien d’autres questions d’actualité.

La gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus (COVID-19) n’est pas du goût de l’Opposition politique burkinabè. Elle l’a fait savoir, hier mardi 7 avril 2020 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse, animée par le président du Prit-Lannaya, Mamadou Kabré et le 4e vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Amadou Diemdioda Dicko. Prenant acte des mesures restrictives prises par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, en vue de contrer la propagation du COVID-19, l’Opposition politique note néanmoins qu’elles n’ont pas été mûries. « Les décisions reflétaient le tâtonnement, l’improvisation et la contradiction », a martelé Mamadou Kabré. En conséquence, sur les mesures d’accompagnement proposées, le CFOP a remarqué que le monde paysan, la question de l’IUTS, la suspension des salaires des fonctionnaires, la fermeture des établissements scolaires ont été passés sous silence alors qu’une crise économique se profile à l’horizon. « Les mesures annoncées vont soulager certaines couches sociales juste pour trois mois mais n’éviteront ni à beaucoup d’entreprises, ni au Burkina de connaître de graves tensions de trésoreries », a indiqué Mamadou Kabré. Pour ce qui concerne le plan de riposte révisé et chiffré à 177 milliards F CFA, les conférenciers ont estimé qu’il est « juste une caverne d’Ali Baba ». Ils ont, en effet, soutenu qu’il est « aberrant » de consacrer plus de 121 milliards F CFA pour l’hébergement des malades du coronavirus et 18 milliards F CFA à la coordination et seulement 250 millions à la recherche. « Au regard de la mauvaise foi qui entoure ce budget, l’Opposition politique demande son annulation et l’élaboration d’un budget tenant réellement compte des préoccupations des citoyens », a soutenu M. Kabré. Le CFOP pense que le meilleur remède contre le coronavirus demeure le confinement. C’est pourquoi, il a demandé au gouvernement de subventionner les prix des denrées de grande consommation sujettes à la spéculation. Concernant le secteur de l’hôtellerie durement éprouvé, le CFOP a proposé qu’un plan Marshall soit mis en place afin de sauver l’ensemble des établissements hôteliers. Réagissant sur la crise sécuritaire dans ce contexte de lutte contre le COVID-19, les animateurs de la conférence de presse ont fait savoir qu’il sied pour le gouvernement de redoubler d’effort dans la défense de l’intégrité du territoire national. « Nous cragnons que les terroristes n’en profitent pour causer plus de dégâts », a relevé Diemdioda Dicko. Sur la question de la suspension des salaires des fonctionnaires à la suite des grèves, les animateurs de la conférence ont invité le gouvernement à aplanir les divergences afin de trouver l’union sacrée de tous. C’est pourquoi, ils ont souhaité la suppression de l’IUTS et le remboursement des salaires suspendus. « C’est à ce prix qu’il y aura un retour à la sérénité dans l’administration », foi des conférenciers.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.