Enseignement privé : Les travailleurs attendent un soutien de l’Etat

Les responsables de la CNEP-B souhaitent un accompagnement du gouvernement et des promoteurs d’écoles durant cette période difficile.

La Coordination nationale des enseignements du privé du Burkina, au cours d’une conférence de presse, le vendredi 24 avril 2020, a dénoncé une absence d’accompagnement des travailleurs depuis la fermeture des établissements pour fait de COVID-19.

Les travailleurs des établissements privés exigent du gouvernement et des promoteurs la satisfaction, dans un bref délai, de leurs préoccupations. Sinon, ils se donneront les moyens nécessaires pour se faire entendre. Les premiers responsables de la coordination l’ont fait savoir, au cours d’une conférence de presse, le vendredi 24 avril 2020 à Ouagadougou.

Pour ce qui est des préoccupations, les conférenciers exigent un accompagnement qui se traduira par une allocation financière nécessaire durant la durée de la fermeture des écoles pour le préscolaire, le primaire, le secondaire et le supérieur. Ils invitent également les promoteurs à maintenir les contrats des agents déjà engagés avec le paiement de leurs salaires, ainsi que la régularisation des arriérés de paiements constatés dans certains établissements.

Pour le président de la coordination, Amadou Tindano, toutes les mesures prises par le gouvernement n’ont rien prévu pour les travailleurs de l’enseignement privé. « Aucune mesure d’accompagnement n’a été prise pour nous soulager durant de cette période d’inactivité », a-t-il déploré. Car, selon lui, la rupture des activités a entraîné des milliers de travailleurs dans une impasse totale.

En effet, a-t-il précisé, la plupart de ces personnes sont rémunérées sur la base d’un volume horaire exécuté durant le mois.
Avant l’apparition du COVID-19 et la fermeture des établissements, a regretté M. Tindano, ses collègues vivaient déjà une situation peu reluisante. « A cela, s’ajoute le comportement irresponsable de certains promoteurs qui font subir aux enseignants un esclavagisme », a-t-il poursuivi.

La Coordination nationale des enseignants du privé du Burkina (CNEP-B) est née le 15 avril 2020. Elle attend défendre les intérêts des travailleurs du secteur.

Adama SEDGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.