La politique, un jeu de micmac !

Vous voulez vraiment mon point de vue sur la politique ? Il y a longtemps que la politique me fait rire jusqu’à l’agacement. Depuis que le politicien est devenu et défenseur de chapelle et d’intérêts égoïstes, je me méfie des vendeurs d’illusions. Depuis que la politique consiste à mentir vrai, pour duper le naïf et manger sur son dos, j’ai une phobie pour l’espèce politique. Depuis qu’en politique, la fin justifie les moyens, tout se justifie et se défend. La vérité n’existe plus. Même les évidences sont remises en cause pour réinventer la vérité. La politique descend parfois très bas et même plus bas que la poussière de nos talons. Il y a trop de boue dans le sérail ; même les plus respectés pataugent dans la fange. Leur parole n’est que du vent. Leur promesse est en poudre, soluble face à la raison. Leur vérité n’a pas de graine, stérile même dans l’humus. Même quand ils mentent, on acquiesce ostentatoirement. Malgré la puanteur de leur propos, il y aura toujours des thuriféraires pour encenser leurs discours fétides. Peu importe leur niveau intellectuel, leur rang social ou leur envergure, les hommes politiques se ressemblent. Parfois, ils s’assemblent pour mieux nous « entuber ».

Ils parlent tous au nom du peuple, mais ils sont prêts à user du même peuple pour rester au-dessus du peuple. Seul leur destin change ; leur mode de vie tranche avec l’austérité tant prônée ; en période de vache maigre, leur embonpoint nargue le famélique désabusé. Mais on applaudit quand même les bévues. On crie hourra sur les gravats d’une postérité sans héritage. Demain, c’est aujourd’hui ; chacun se bat pour soi au nom du peuple. Chacun vient se servir au service du peuple, au nom du peuple mais rarement avec le peuple. Il y en a même qui se sacrifient comme on se suffit, sans sueur ni sang. Notre mal vient de la politique, cette politique du ventre et de l’égo. Si sous d’autres cieux, les gens vont en politique pour un idéal et par conviction, chez nous, ils y vont pour assouvir leur faim et amasser le surplus superflu. L’heure des héros qui se privaient de tout pour le peuple est révolue. Le temps des leaders charismatiques est derrière nous. Ceux qui sont morts hier pour le peuple sont utilisés aujourd’hui comme des gadgets publicitaires. Leur nom fait élire, leur nom fait prospérer, leur nom fait épanouir. Ils ne sont pas morts pour rien certes, mais ils se sont trompés de combat et de sacrifice.

En regardant aujourd’hui la politique, il y a de quoi désespérer. En suivant les agissements des uns et des autres, la déception est grande. L’homme politique a fait de la politique un métier, une profession sans déontologie ni éthique. Regardez les scandales qui éclosent tous les jours sans que rien ne se passe et dites-moi si vous avez encore la foi. La foi en l’homme politique est un leurre. Parfois avec des pièces à conviction, certains sont épinglés, mais jamais jugés. Dans les coulisses, on s’arrange, on se protège, on pactise. L’ancien président américain Harry TRUMAN a dit un jour ceci : « On ne peut pas devenir riche en étant politicien, à moins d’être un escroc ».

Parce que pour ce président-penseur, on ne peut pas être au service de la cité et dépouiller la même cité. Pour lui, nous ne pouvons pas nous consacrer aux autres en privant les autres de ce qu’ils attendent de nous. Notre démocratie est une ploutocratie. Il suffit d’être riche pour être élu, pour être respecté, pour avoir droit au chapitre. Il suffit d’être riche et « généreux » pour marquer des points et être exonéré de tout. Voilà pourquoi, le riche homme fait la cour et flirte avec le politique pour échapper à la Justice. Voilà pourquoi, le richissime donateur sans frontière peut tout faire et tout avoir en faisant fi des restrictions. Très souvent, un coup de téléphone suffit pour sceller un destin ou dénouer un goulot d’étranglement. Il y en a qui sont toujours sur les premières places à l’église ou à la mosquée. Même quand ils mentent ou se trompent, la populace applaudit la méprise, oublie et tait les contre-vérités.

Quand ils donnent aux pauvres au nom de Dieu, ils appellent tous les médias pour donner une large visibilité à la générosité de la vanité. En politique, on ne fait rien pour rien. Même le nom de Dieu fait partie de leur stratégie de communication. Les bénéficiaires disent amen, mais est-ce que ça monte vraiment au ciel ? Heureusement, ou malheureusement, beaucoup ne donnent pas vraiment au nom de Dieu. Ils donnent pour les demi-dieux qu’ils sont. Ils cherchent la reconnaissance des hommes et se moquent des béatitudes virtuelles, fussent-elles spirituelles et éternelles. Ils battent campagne sur fond de dessous de table pour être à la tête de la communauté au service de Dieu. Ils se donneront des crocs-en-jambe pour y rester ad vitam aeternam. Si Dieu était un politicien, il y a longtemps …

Lire l’article sur Sidwaya numérique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.