Pr Abdoulaye Soma pêche ses voix au marché central de Fada

Pr Abdoulaye Soma : « On ne doit pas accéder au pouvoir parce qu’on est riche ».

Le candidat du Soleil d’avenir à l’élection présidentielle, Pr Abdoulaye Soma, est allé à la conquête de l’électorat de l’Est, le mercredi 4 novembre 2020 à Fada N’Gourma. Face aux commerçants du marché central de la ville, il leur a expliqué sa vision pour le Burkina Faso.

Dans le cadre des élections couplées, présidentielle et législatives de 2020, le parti du Soleil d’avenir a opté pour la campagne de proximité. Cette stratégie, de l’avis du premier responsable du parti et candidat à la présidentielle du 22 novembre, Pr Abdoulaye Soma, semble être la meilleure parce qu’elle l’oblige à aller au contact des populations pour leur expliquer le contenu de son programme et solliciter leurs suffrages. « Ça permet d’établir un contact direct et de confiance avec le peuple », a-t-il justifié.

Pour lui, sa stratégie diffère des meetings accompagnés de distribution d’argent
« qui ne valorisent pas l’humain, mais plutôt la richesse ». Arrivé au grand marché de Fada N’Gourma, le 4 novembre 2020, au crépuscule, celui qui se présente comme le plus jeune candidat à briguer la magistrature suprême a pu converser avec des commerçants. Entre distribution de prospectus et salutations d’usage, Pr Soma a appelé ses interlocuteurs à voter utile pour le changement « réel ». Interpellé sur la situation d’insécurité qui prévaut dans la région de l’Est, le candidat du Soleil d’avenir a indiqué que ce volet est inscrit en priorité dans son programme politique.

Pour lui, l’éradication de l’insécurité passe par deux mesures, notamment la réconciliation nationale et la dotation conséquente des Forces de défense et de sécurité (FDS) en ressources humaines. Convaincu qu’une grande partie de l’insécurité trouve son fondement dans les sentiments de frustration, de stigmatisation ou d’exclusion vécus par nombre de personnes, Pr Soma a promis d’attaquer le mal par la racine en réglant d’abord la question de la réconciliation.

Et cela, à l’entendre, passe par le triptyque Vérité-Réparation-Réconciliation. « Dans ce schéma, je vais ouvrir une période où tous ceux qui ont causé du tort à quelqu’un dans la gestion des affaires publiques au Burkina viendront dire la vérité », a-t-il annoncé, avant de prévenir que celui qui ne sera pas sincère ira en prison à vie.
Par rapport au renforcement de capacités des FDS, le prétendant au palais de Kosyam compte activer le service militaire obligatoire pour les jeunes de 18 à 35 ans.

« Victoire assurée » à Fada

Pr Soma a fait ses échanges, parfois en position accroupie

A travers cette mesure, selon lui, tout jeune de cette tranche d’âge doit faire au moins un an dans l’armée mais avec la possibilité de fractionner en quatre la durée de la formation. Ce mécanisme, foi de Pr Soma, aura l’avantage de permettre aux FDS de disposer chaque année d’un contingent supplémentaire d’un million de jeunes ayant le sens du civisme et de la discipline.

La dégradation de la route nationale n°4, notamment le tronçon Gounghin-Fada, fait aussi partie des préoccupations des populations de l’Est. Sur ce point, le professeur de Droit déclare se joindre à leurs voix pour s’offusquer de l’état de cette route qu’il dit avoir empruntée à maintes reprises. « Dans une zone soumise à l’insécurité, il y a un tronçon de plus de 50 kilomètres où on ne peut pas rouler à plus de 20 km/h. C’est une exposition de la population aux attaques », a-t-il déploré. Il a alors promis que s’il est élu, la donne va changer.

C’est pourquoi dans son offre politique, il est prévu par an un investissement spécial d’un milliard F CFA par province au profit des infrastructures. Ce projet dont la priorité sera accordée aux routes et aux bâtiments, a expliqué Abdoulaye Soma, sera piloté par les habitants de chaque province qui définiront les modalités de gestion du fonds alloué. A travers les bâtiments qui vont abriter les services publics, a-t-il estimé, l’Etat va quitter sa position actuelle de locataire à celle de bailleur. En retour, les commerçants ont promis une « victoire assurée » à leur hôte à l’issue du scrutin présidentiel et c’est tout confiant que ce dernier a pris congé d’eux.

Mady KABRE

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.