IVe journée éliminatoires CAN 2022/Malawi # Burkina (0-0) : les Etalons ratent l’occasion de se qualifier

En match comptant pour la 4e journée des éliminatoires de la CAN 2022, les Flames du Malawi et les Etalons du Burkina se sont quittés sur un score nul et vierge, hier 16 novembre au Kamuzu Stadium de Blantyre. Le Burkina Faso rate l’occasion de se qualifier pour la CAN mais reste tout de même seul leader du groupe B avec la défaite (0-1) de l’Ouganda face à Soudan du Sud.

Les Etalons ont découvert une autre équipe du Malawi, hier 16 novembre au Kamuzu Stadium de Blantyre. Victorieux (3-1) à Ouagadougou, les Burkinabè ont été contraints au partage des points (0-0) par les Flames. Pourtant, ce ne sont pas les occasions qui ont fait défaut aux poulains de Kamou Malo pour gagner le match. Ils ont peut-être un petit peu été mis mal à l’aise par une équipe malawite qui a effectué cinq changements par rapport au 11 départ à Ouagadougou. Remplaçant au stade du 4-Août, le colosse Gerald JNR Phiri a débuté le match retour, Peter Banda est également titularisé. Côté burkinabè, coach Malo débute avec Charles Kaboré (suspendu à l’aller) en lieu et place de Bryan Dabo et Bertrand Traoré à la place de Zakaria Sanogo. Les Etalons débutent timidement la rencontre. Le pressing est inexistant. Franck lassina Traoré, le héros d’il y a quatre jours à Ouagadougou est à chaque fois devancé par son vis-à-vis.

Bertrand Traoré, absent à Ouagadougou, est à la recherche de ses marques. La pelouse synthétique du Kamuzu Stadium de Blantyre y est sans doute pour quelque chose, alors que les locaux sont plus à l’aise. La preuve, ils sont chaque fois sur les bons coups. Athlétiques et physiques, les Flames imposent leur rythme aux Etalons, obligeant le portier Aboubacar Sawadogo à sortir des parades, comme celle de la 11e mn sur une frappe de Richard Mbula. Le Malawi domine le premier quart d’heure de la rencontre avant que le Burkina Faso ne prenne le contrôle du match. Les milieux de terrain, Charles Kaboré et Adama Guira se montrent de plus en plus. Les Etalons font reculer les Malawites dans leur base. Franck Lassina Traoré, invisible jusque-là, apparaît enfin dans le match. Sur un débordement de Yacouba Coulibaly (16emn) suivi d’un centre, l’attaquant de l’Ajax Amsterdam envoie le ballon hors des cages du portier malawite. La frappe de Cyrille Bayala est stoppée par Brigthon Munthali.

De nombreuses occasions gâchées

Ces deux actions sonnent le réveil de l’équipe burkinabè et l’on pensait que les Etalons étaient capables d’ouvrir le score. Bertrand Traoré, servi en profondeur, prend le couloir gauche et sert Franck Lassina Traoré, malheureusement devancé par la défense malawite (26emn). Les occasions s’enchaînent pour le Burkina, mais la finition fait défaut. L’équipe locale en profite pour se créer quelques occasions sans pourtant parvenir à faire la différence. La plus dangereuse est venue d’un coup de tête de Precious Sambani qui passe légèrement au-dessus de la barre transversale du portier burkinabè, à la suite d’un corner. A la différence de la première période, les Etalons retrouvent la pelouse à la reprise avec plus d’envie. Razack Traoré donne le ton (55emn) avec une frappe qui échoue dans les bras du dernier rempart des Malawites. Comme à Ouagadougou, Kamou Malo apporte du sang neuf avec les entrées de Alain Traoré et Mohamed Konaté.

Les remplacements changent le jeu des Burkinabè et presque toutes les actions de buts viennent du côté droit. Les combinaisons entre Issa Kaboré, Bertrand Traoré et Cyrille Bayala se transforment en occasions de buts. Mais aucune d’entre elle ne fera mouche. Sur une action individuelle, Bertrand Traoré passe en revue la défense malawite et bute malheureusement sur l’excellent portier du Malawi. Les Flames résistent jusqu’au bout à la pression des Etalons et obtiennent un précieux point pour la suite des éliminatoires. Puisqu’au même moment, dans l’autre match du groupe, l’Ouganda est tombée (1-0) face au Soudan du Sud. Le moins que l’on puisse dire est que le groupe B est totalement relancé à l’issue de cette 4e journée. Quant au Burkina Faso, il rate une occasion de se qualifier, à deux journées de la fin des éliminatoires. Le capitaine Charles Kaboré et ses coéquipiers devront patienter, en mars prochain et la fin des éliminatoires (contre l’Ouganda et le Soudan du Sud), pour valider leur ticket qualificatif pour la prochaine CAN au Cameroun. Mais en attendant, ils sont leaders de la poule B avec 8 points.

Ollo Aimé Césaire HIEN
(Envoyé spécial à Blantyre)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.