Chef de file de l’opposition politique : Eddie Komboïgo prône la paix et la relance économique

Le nouveau Chef de file de l’opposition politique du Burkina Faso (CFOP-BF), Eddie Komboïgo, a été installé le vendredi 5 mars 2021, à Ouagadougou par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. Il a promis de défendre la paix, la réconciliation nationale et la relance économique.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) est arrivé à la tête des partis d’opposition à l’issue des législatives du 22 novembre 2020, avec 20 députés. Conformément à la loi, la fonction de Chef de file de l’opposition politique (CFOP) revient à son président Eddie Komboïgo. La cérémonie de passation des charges entre le nouveau CFOP, Eddie Komboïgo et son prédécesseur, Zéphirin Diabré, a eu lieu le vendredi 5 mars 2021. Elle a été présidée par le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, en présence de leaders de partis politiques. « Comme vous avez pu le constater, après les élections, il y a eu un pan de l’opposition qui a migré vers la majorité en espérant que la situation va s’améliorer, mais nous restons constants sur notre ligne, constants sur nos propositions », a déclaré Eddie Komboïgo, après son installation. Le nouveau CFOP-BF dit rester constant dans ses propositions « constructives » de recherche de paix, de réconciliation nationale et de relance économique pour le développement du pays. Eddie Komboïgo a également salué les efforts du gouvernement pour un retour à la paix. « Sur la recherche de la paix, un gouvernement qui se disait qu’il ne négociera jamais, a fini par aller vers des solutions diplomatiques, des solutions négociées.

Je pense que c’est intelligent, il faut l’encourager », a précisé le président du CDP. M. Komboïgo a assuré qu’avec la création prochaine d’un cadre de concertation au sein du CFOP, l’opposition apportera sa pierre dans la construction de la Nation. « Ce qui nous importe, c’est la paix dans ce pays parce que sans paix, nous ne pourrons pas relancer notre économie et sans relance de l’économie, nous n’aurons pas de revenus pour nos braves populations, pour les jeunes et les femmes », a-t-il expliqué. A entendre le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, c’est la première fois dans l’histoire du pays qu’on assiste à une telle cérémonie de passation des charges entre CFOP entrant et sortant. M. Sakandé a renchéri que la démocratie burkinabè a mûri, traduisant ainsi un changement de mentalité au Burkina Faso. Il a noté que la politique est loin d’être une inimitié. Le premier responsable du Parlement burkinabè a également traduit toute sa disponibilité à accompagner le nouveau patron du CFOP dans l’atteinte de ses missions.

Nida OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.