Soutien à la productique journalistique sur l’économie: La Chambre de commerce injecte 50 millions FCFA à travers « EcoMédias »

La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a lancé la 2e édition de son projet « EcoMédias », le jeudi 25 mars 2021, à Ouagadougou, sous le parrainage du ministre de la communication et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Ousseni Tamboura. Il s’agit d’un appel à projet d’une valeur de 50 millions FCFA, qui vise à soutenir les productions journalistiques dans le domaine économique et financier.

Les sujets économiques et financiers ne sont pas suffisamment présents dans les contenus des médias burkinabè. La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) veut contribuer à changer la donne. A cet effet, elle a lancé la 2e édition de son projet « EcoMédias », le jeudi 25 mars 2021, sous le parrainage du ministre de la communication et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Ousseni Tamboura. D’un coût global de 50 millions FCFA, « EcoMédias » est une initiative d’accompagnement des entreprises de presse en vue de la production de contenus dédiés à l’économie, aux finances et à la promotion du secteur privé au Burkina Faso, a indiqué le vice-président de la CCI-BF chargé des services, Sékou Oumar Doudou Doumbia.

Peuvent postuler à cet appel à projets, tous les médias, publics et privés, y compris ceux des régions, légalement reconnus, à jour de leurs cotisations fiscales, disposant d’un siège social et fonctionnant avec au moins trois journalistes professionnels, a indiqué le directeur de l’information et de la communication de la CCI-BF, Gilbert Ouédraogo.

Les centres d’intérêt du projet

Les offres de productions doivent porter, entre autres, sur des Grands dossiers (reportage ou focus) sur les différents secteurs d’activités et leur contribution à l’économie nationale, des émissions de promotion des filières économiques porteuses, de valorisation et de promotion des modèles de réussite dans le secteur privé burkinabè et de promotion de l’entrepreneuriat privé, des opportunités d’affaires au Burkina Faso, dans les pays de la sous-région ou à l’international, a-t-il précisé.

A l’issue du processus, 10 projets les plus pertinents seront retenus, soit 3 en télé, 2 en presse en ligne, 3 en presse écrite et 2 en radio. Chaque média retenu recevra de la CCI-BF un financement de 5 millions de FCFA pour la mise en œuvre de ces projets de productions journalistiques, à l’issue d’une signature de contrat entre les deux parties.

Mais contrairement à la première édition, la présente va se dérouler en deux étapes. Il y aura d’abord une manifestation d’intérêt qui permettra de présélectionner les candidats remplissant les critères minima en vue de leur participation à une session de formation sur les techniques de montage de projets. A la suite de cette session, les postulants présélectionnés devraient peaufiner leurs offres de projets pour une soumission définitive. Le processus de sélection a démarré le 25 mars 2021 avec le dépôt des manifestations d’intérêt et se terminera en fin juillet 2021 avec la délibération du Comité technique de sélection (CTS) et la proclamation des résultats définitifs par le bureau consulaire.

L’une des innovations de cette 2e édition de « Ecomédias » est aussi l’harmonisation de montant du financement qui est de 5 millions pour toutes les catégories de médias et l’assouplissement de la condition de nombre de journalistes professionnels que les entreprises de presse postulant doivent avoir et qui passe de 5 à 3.

La cohérence avec la vision du gouvernement

Les journalistes ont voulu savoir s’il sera possible de permettre aux médias retenus de revoir leur offre à la hausse au cas où les projets sélectionnés ne couvrement l’enveloppe de 50 millions prévue ; comme c’est le cas de l’édition de 2019, où sur un budget initial de 52 millions seulement 22 millions FCFA ont été absorbés par les projets choisis. A cette question, le directeur général de la CCI-BF, Issaka Kargougou, a laissé entendre qu’il appartient au comité de sélection d’examiner et de faire des recommandations au bureau consulaire qui appréciera !

Revenant sur la mise en place de cette initiative, M. Doumbia a indiqué qu’elle répond à la volonté du représentant institutionnel du secteur privé burkinabè de contribuer, de manière significative, à la transformation du paysage médiatique du pays des hommes intègres. Il s’agit également pour la CCI-BF de combler une lacune, qui est la non prise en compte des entreprises de presse dans ses projets d’accompagnement du secteur privé burkinabè, a ajouté Gilbert Ouédraogo.

Le ministre en charge de la communication et parrain de « EcoMédia » 2 a salué cette initiative « non négligeable » de la CCI-BF de renforcer les capacités productives des médias burkinabè sur les sujets économiques et la promotion du secteur privé national. Pour lui, ce projet inclusif qui s’adresse à la fois à la presse privée et publique est en phase avec la vision du gouvernement burkinabè.  « Avec EcoMédias, vous ajoutez de la terre à la terre », a-t-il soutenu. M. Tamboura a promis de contribuer à susciter une grande participation des médias au projet, à travers sa promotion auprès des patrons de presse et des organisations professionnelles. Le ministre a également invité la CCI-BF à la réflexion afin trouver un mécanisme approprié pour une large diffusion des meilleures productions journalistiques auprès du grand public.

Mahamadi SEBOGO

Windmad76@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.