Obsèques de Marie-Soleil Frère : la nation burkinabè reconnaissante à une « combattante de la liberté »

Le Burkina Faso a décoré, à titre posthume une « combattante de la liberté », Maire-Soleil Frère, épouse Minougou, décédée dans la nuit du 18 au 19 mars 2021. C’était le jeudi 25 mars au cimetière de Durbuy, le village natal de ses parents en Belgique où les obsèques de la professeur-chercheuse ont réuni parents, amis collègues, anciens étudiants.

Seydou Borro, conformément à la derrière volonté de l’illustre disparue a dansé en sa mémoire.

Malgré un contexte sanitaire particulier, l’ultime hommage de Marie-Soleil Frère a réuni du monde à Durbuy, village situé à 125 km de Bruxelles en Belgique. Au rang des invitées, l’ambassadeur-représentant adjoint du Burkina Faso en Belgique, Oumarou Borro, agissant au nom du le chef de la diplomatie du Burkina à Bruxelles, Jacqueline Zaba en mission et Thierry Hot, le conseiller spécial du président du Faso, envoyé spécial pour l’occasion. La spécialiste des médias africains qui est décédée, de l’avis de l’ambassadeur adjoint, a marqué de son emprunt la presse et la communication burkinabè et bien plus. « Notre compatriote et défunte s’est investie non seulement dans la création de cadres structurelles mais également dans la recherche qui a favorisé l’épanouissement du journalisme, aussi bien au Burkina Faso que dans toute l’Afrique francophone. En témoigne sa contribution à la création du Département communication et journalisme à l’université de Ouagadougou, du Centre national de Presse Norbert Zongo, ses nombreuses publications d’articles et d’ouvrages sur les médias et le journalisme en Afrique, son rôle majeur et régulier dans les Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO) cette belle tribune de la promotion de la communication et de l’information », a énuméré le diplomate Ganou. En reconnaissance de son action pour le Burkina Faso et l’Afrique, le président du Faso a élevé Marie-Soleil, à titre posthume, au rang d’Officier du mérite des arts, de la culture et de la communication.

De leurs côtés, les étudiants de l’université de Ouagadougou, par la voix de Thierry Hot ont salué la mémoire d’une formateur hors pair prématurément arraché à leur affection. Visiblement impacté par la douleur, l’époux de l’illustre disparue, le célèbre metteur en scène, Etienne Minoungou a honoré la dernière volonté de la défunte assurant une mise en scène intense en émotion des obsèques de la défunte. En effet, profondément attachée au Burkina Faso, sa seconde patrie et à sa culture, Marie-Soleil a souhaité des obsèques où traditions et modernité feront ménage. Les notes musicales du pays des Hommes intègres dont celles de la guitare de Tanga en fond sonore et du célèbre flutiste Burkinabè, Simon Winse renvoyaient aux cérémonies au Faso.

 

Le prix d’excellence Marie-Soleil Frère

 

Que dire des moments de danse individuelle avec le célèbre Seydou Borro et collective inspirée des funérailles des anciens en Afrique que Marie-Soleil, la Burkinabè a souhaité en dépit de son âge relativement jeune. Mais les moments les plus intenses demeurent ces textes que la défunte littéraire affectionnait tant dont la lecture a été donnée par son mari sur fond de musique lyrique, des moments qui ont poussé l’émotion à son comble.

Au chapitre des témoignages, le père de Marie-Soleil a remonté des souvenirs d’une fille qui a tout de suite aimé l’école. « A trois ans, en voyant partir ta sœur ainée, tu as exigé d’aller avec elle à l’école. Ta mère, croyant jouer sur tes sentiments te demanda mais avec qui vais-je rester si tu prends toi aussi le chemin de l’école. Et toi de répondre : le chat ! », se souvient papa Frère nostalgique et plein d’amertume. Son brillant parcours académique et sa carrière exceptionnelle ne sont donc pas le fruit du hasard.

La voix étouffée par l’émotion, le professeur Julien Pierre prenant la parole au nom de la rectrice de l’Université libre de Bruxelles (ULB) où elle officiait, a souligné la compétence, l’abnégation de celle que nous pleurons tous au travail. L’ULB a décidé de rebaptiser le prix d’excellence qui récompense le corps professoral au nom de Marie-Soleil Frère qui laisse derrière elle, deux filles.

Jérémie NION

Attaché de presse

Ambassade du Burkina en Belgique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.