COVID-19 et changement climatique en Afrique : « Il y a urgence à agir », selon Roch Marc Christian Kaboré

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a participé par visioconférence au « dialogue des leaders sur l’urgence COVID-19 et climatique en Afrique » le mardi 6 avril 2021. La rencontre a regroupé des chefs d’Etat africains et des responsables d’institutions internationales.

Face à la COVID-19 et au changement climatique, il y a urgence à agir. C’est le message que le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a livré au cours de son intervention dans le cadre du « dialogue des leaders sur l’urgence COVID-19 et climatique en Afrique », tenu le mardi 6 avril 2021 par visioconférence. Dans le point de presse, animé par le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Siméon Sawadogo, il ressort que le président du Faso a insisté sur les dégâts que le changement climatique peut produire à travers les inondations, les sécheresses, les changements de pluviométrie à travers non seulement pour l’Afrique, mais pour le monde entier. « Il y a des mesures que le gouvernement du Burkina Faso a prises face à la COVID-19 tendant à atténuer l’ensemble de ses effets et en matière de protection de l’environnement du changement climatique et à développer la résilience des populations », a précisé le président Kaboré. En ce qui concerne de façon spécifique la COVID-19, le président du Faso a indiqué qu’une panoplie d’actions ont été entreprises par le ministère de la Santé pour pouvoir parer aux différentes difficultés.

Il a cité la question de la vaccination où il pense qu’il y a nécessité d’accompagner l’Afrique. Le chef de l’Etat burkinabè a dit s’inscrire dans les différentes orientations qui ont été proposées par l’Union africaine en créant trois commissions qui vont travailler sur la COVID-19 et sur le changement climatique. Il a également souhaité qu’il y ait une mobilisation au niveau international pour que l’Afrique puisse bénéficier d’un appui conséquent. Qu’en est-il de l’ouverture des frontières ? «Au cours de ces échanges de haut niveau, la question n’est pas posée en termes de voyage d’un pays à un autre. La question posée était : qu’est-ce qui est fait pour parer à cette urgence sanitaire », a répondu le ministre de l’Environnement. Il a rappelé que lors du dernier sommet de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, le président du Faso avait informé que les frontières allaient être ouvertes de façon progressive dans des conditions sanitaires acceptables.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.