72 heures de la policière de Kaya: sous le signe de la cohésion sociale

La section féminine de la direction régionale de la Police nationale du Centre-Nord organise, du 22 au 24 avril 2021 à Kaya, la première édition des 72 heures d’activités de la policière de Kaya.

La Section féminine de la Police nationale du Centre-Nord (SFPN-CN) et les personnes déplacées internes (PDI) veulent mutualiser leurs efforts pour plus de cohésion sociale en vue de mieux lutter contre les Violences basées sur le genre (VBG). A cet effet, la SFPN-CN organise, du 22 au 24 avril 2021 à Kaya, la première édition de ses 72 heures d’activités sous le thème : « La policière de Kaya et les personnes déplacées internes pour la cohésion sociale et la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles». Selon la représentante de la SFPN-CN, Sandouidi Adèle, plusieurs activités sont au programme. Elle a cité, entre autres, une campagne d’enrôlement massif pour l’établissement de Cartes nationales d’identité burkinabè (CNIB) au profit des femmes déplacées internes, un dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus de 300 femmes, un cross populaire, des contrôles urbains sur la voie publique suivis de sensibilisation, une conférence publique sur les VBG et une émission radiophonique sur le mariage forcé et/ou précoce. « L’organisation de ces 72 heures est un signal fort en ce sens qu’elle interpelle toute la communauté de la région du Centre-Nord à plus de vigilance dans la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles ainsi que le mariage précoce et/ou forcé », a-t-elle indiqué. La section féminine de la Direction régionale, a poursuivi Mme Sandouidi, s’engage dans la politique de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles et dans la cohésion sociale au Centre-Nord, surtout entre les PDI et les populations-hôtes.

Promouvoir le bien-être des enfants

« Nous sommes ouvertes à toute initiative tendant à promouvoir le bien-être des enfants et des femmes de Kaya pour que nous puissions bouter le mariage d’enfant et les violences faites aux femmes hors de nos frontières », a fait savoir Adèle Sadouidi.
Pour le Directeur régional de la Police nationale du Centre-Nord, Sinari Zeï, dans son ressort territorial, les VBG touchent plus particulièrement les personnes vivant dans une situation de vulnérabilité, notamment les enfants, les femmes et les PDI, surtout dans ce contexte de crise sécuritaire. D’où la nécessité, a-t-il dit, d’apporter une réponse à ces violences à travers l’organisation de ces 72 heures d’activités de la policière de Kaya. M. Zeï a fondé l’espoir que ces activités puissent engendrer des changements positifs de comportements des populations.
Pour sa part, la marraine de la cérémonie, la Directrice régionale de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique du Centre-Nord, Mariam Douamba, a signifié que ces 72 heures d’activités de la policière permettront aux populations civiles de s’imprégner des conditions de vie et de travail des agents de police, de renforcer davantage le dialogue, les mécanismes de redevabilité et la coopération entre elles et policières. Pour elle, le respect des droits humains, le sentiment de sécurité et de justice sociale, tout comme l’inclusion des femmes dans les actions en faveur de la paix et de la cohésion sociale, mais aussi dans la lutte contre les différentes formes de violences, sont fondamentaux pour le renforcement de la confiance entre les populations civiles et les Forces de défense et de sécurité. C’est pourquoi, Mariam Douamba a invité les femmes de la région, en l’occurrence les PDI, à une franche collaboration avec les forces de police pour mieux lutter contre toutes les formes de violences dont elles sont victimes.

Emil Abdoul Razak SEGDA
Segda9emil@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.