Relevé bimestriel des factures d’eau : le gouvernement adopte une nouvelle formule

L’hebdomadaire Conseil des ministres s’est tenu, le mercredi 28 avril 2021 à Kosyam, sous l’égide du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Les préparatifs du 11-Décembre 2021 à Ziniaré et les difficultés liées aux systèmes de facturation de l’ONEA sont, entre autres, des sujets abordés.

Le gouvernement se prépare pour la réussite du 11-Décembre 2021 à Ziniaré. L’hebdomadaire Conseil des ministres du mercredi 28 avril 2021 à Kosyam s’est penché sur la question. A l’issue de la rencontre, le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, a annoncé que l’exécutif sera au rendez-vous de cet évènement majeur de notre pays. «Les dossiers d’appel d’offre sont dans les délais et sont au niveau du dépouillement. Pour ce qui est de la salle polyvalente et la place de la Nation, les dossiers d’appels d’offre sont dans le timing », a-t-il indiqué. Concernant la cité des forces vives, le porte-parole du gouvernement a relevé qu’un rapport a été fait au Conseil des ministres et une réunion est prévue, le 6 mai pour booster ce volet.

Le conseil a aussi abordé les difficultés rencontrées par l’Office national de l’eau
et de l’assainissement (ONEA). De l’avis du ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Ousmane Nacro, les problèmes majeurs de la nationale de l’eau se résument au système de facturation et d’approvisionnement en eau potable des régions, en général et de la ville de Ouagadougou, en particulier. Après les différentes plaintes des consommateurs et les constats faits, a soutenu le ministre Nacro, il a été tenu à Koudougou, les 14 et 15 mars 2021, un atelier qui a réuni les cadres de l’ONEA, les anciens directeurs généraux, la ligue des consommateurs et bien d’autres acteurs à l’effet de trouver des solutions. De son avis, l’atelier a suggéré que l’actuel système soit abandonné au profit d’un nouveau système. « La nouvelle formule consistera à rester dans le bimestriel, en cumulant la consommation des deux mois divisée par deux. La 1re moitié pour être payée au premier mois tout en maintenant la tranche sociale qui est de 8 mètres cube et garder la consommation réelle. La seconde moitié pour le second mois et dans les mêmes conditions. La différence avec celle que nous avons décidé d’abandonner est simple.

Ce système est basé sur du réel pendant que l’autre était basé sur des estimations pour le 2e mois», a-t-il développé. Concernant le dysfonctionnement du système de distribution d’eau dans plusieurs quartiers de la capitale, le ministre Nacro a déploré la situation. « Cela est dû au fait que la conduite principale qui alimente certains quartiers comme Nagrin, Patte d’oie, Bonheur ville est tombée en panne. Cette conduite a été réparée mais malheureusement des problèmes d’énergie se sont, par la suite, greffées à partir de nos deux stations de Ziga et de Loumbila », a regretté Ousmane Nacro. A l’écouter, la Nationale d’électricité n’arrivait plus à fournir l’énergie nécessaire pour leur fonctionnement. Toutefois, a-t-il signifié, le Premier ministre a donné des instructions fermes en vue de trouver des solutions, promettant une amélioration dans les prochains jours.

Un plan de soutien aux populations vulnérables

Outre ces questions, le conseil des ministres s’est intéressé à d’autres sujets. Les ministres ont ainsi adopté un décret pour l’ouverture d’un consulat général à Malabo en Guinée Equatoriale où vivent 15 000 ressortissants burkinabè. L’exécutif burkinabè a également adopté deux décrets relatifs au Schéma directeur de la statistique (SDS) pour la période 2021-2025. « 4e du genre, ce SDS vise la mise en œuvre nationale du développement de la statistique afin de fournir aux institutions des informations statistiques régulières et actualisées.

Ce nouveau schéma va poursuivre le 5e recensement général de la population et de l’habitation, le recensement général de l’agriculture, la réalisation de la 5e enquête démographique et de santé et la réalisation de l’enquête sur la disponibilité et la capacité opérationnelle des services de santé », a expliqué le porte-voix de gouvernement. Un autre rapport relatif à un projet de loi sur le Partenariat public privé (PPP) a été adopté. Il s’agit d’un instrument contractuel de réalisation des projets et programmes de développement que le gouvernement compte organiser pour mieux déployer ses politiques publiques d’investissement, foi de Ousséni Tamboura. Le conseil a adopté pour le compte du ministère de la Santé, un décret portant attribution, composition et fonctionnement du Conseil national de la santé. Selon M. Tamboura, cette structure est l’organe chargé d’émettre un avis sur les dossiers médicaux établis dans le but d’obtenir, entre autres, une évacuation sanitaire hors du pays, les aspects liés aux congés maladies de longue durée ou à des retraites anticipées pour causes de maladies. Deux décrets portant prises de participation dans La Banque postale en création ont par ailleurs été adoptés.

« La CNSS va participer à la constitution du capital de cette banque à hauteur de 1,050 milliard FCFA et la CARFO, de 1,2 milliard F CFA », a signifié le ministre. Le conseil a, en outre, adopté un rapport relatif au plan de riposte et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. L’objectif de ce plan annuel est d’apporter des réponses en ce qui concerne l’assistance alimentaire des personnes vulnérables aux personnes déplacées internes. «Le coût global du plan est de 126 milliards financé en partie par le budget de l’Etat et par les partenaires techniques et financiers et les collectivités territoriales», a confié Ousséni Tamboura.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.