555 tortues saisies par la douane burkinabè

Dédougou : un élève poignardé à mort
La ville de Dédougou et particulièrement le milieu scolaire est en émoi depuis le week-end dernier. En effet, selon les informations parvenues à Kantigui, après la levée de la suspension des activités socioculturelles et sportives dans les établissements, le lycée municipal de Dédougou, à l’instar de plusieurs autres établissements du pays, a organisé sa journée culturelle, le samedi 5 juin 2021. Au cours de cette activité qui s’est poursuivie jusque la nuit, l’ambiance était bon enfant et l’alcool coulait à flots, selon l’informateur de Kantigui. Ce qui était censé être un moment de distraction s’est finalement transformé en un cauchemar, parce qu’un des élèves fêtards a été poignardé. « Celui-ci a fui pour se réfugier dans une cour voisine. Conduit d’urgence à l’hôpital par la suite, il a malheureusement rendu l’âme », a témoigné l’interlocuteur de Kantigui. Le corps serait toujours à la morgue pour les besoins d’enquête. Kantigui appelle les parents à faire de l’éducation de leurs enfants, une priorité, parce que l’école, les stupéfiants et l’alcool ne font pas bon ménage.

Le policier, la cordelette et le «brûleur de feu »

Le lundi 7 juin 2021 aux environs de 11h30mn sur l’avenue Oumarou-Kanazoé, non loin du lycée municipal Bambata à Ouagadougou, Kantigui est tombé sur une scène surréaliste. Un jeune homme, la vingtaine, ayant remorqué un autre, venait de franchir le feu tricolore quand il a été interpellé par un policier qui régulait la circulation. Malgré l’insistance du flic, le conducteur, d’un regard menaçant, a catégoriquement refusé d’éteindre sa moto et de descendre. Son camarade muet comme une carpe est descendu et assistait impuissant à la scène. Kantigui s’est joint à plusieurs autres usagers de la route pour demander au jeune homme d’obtempérer. Que nenni ! Le quidam est resté campé sur sa position. C’est alors que le policier lui a donné un coup de cordelette. Mais rien n’y fit. « Tu m’as frappé, tu vas voir », répétait le bougre en boucle. Après plusieurs pirouettes, c’est finalement grâce à l’appui de deux collègues que le policier a eu raison de son vis-à-vis, non sans grande peine. Kantigui qui a été fortement attristé de voir un tel niveau d’incivisme appelle la jeunesse à se ressaisir.

Altercation dans une mairie
Kantigui s’est rendu dans une mairie de Ouagadougou, le mercredi 26 mai 2021 pour se faire délivrer des documents. Mais à sa sortie, il est tombé sur une vive altercation entre des policiers municipaux et une dame à la porte de la mairie. Après avoir tendu l’oreille, Kantigui a appris que quelques minutes plus tôt, la dame serait entrée dans l’enceinte de la mairie à vive allure, au volant de son véhicule 4X4. C’est ainsi qu’à sa sortie, celui qui semble être le chef de garde, lui a lancé d’un ton ferme que les véhicules étrangers ne sont pas autorisés à l’intérieur de la mairie. Pour le policier municipal, dans le cas échéant, la dame devait au moins se présenter au poste de contrôle, avant de continuer son chemin. Après cette remarque, Kantigui qui espérait que les choses allaient rentrer dans l’ordre après des excuses, a été désagréablement surpris. En effet, les voix se sont élevées de plus belle et le policier réclama avec autorité les papiers du véhicule. Mais l’affaire était loin d’être classée, car tout juste après, Kantigui a vu le flic hurler de colère. « Elle n’a pas le droit de me dire de me doucher avec les papiers ! », fulminait-il. C’est l’arrivée du maire qui a calmé la situation. Après avoir rendu compte religieusement au bourgmestre, le policier a remis quelques minutes plus tard, les papiers du véhicule au propriétaire. La dame en question a quitté immédiatement les lieux, non pas sans marmonner. Une fois de plus Kantigui a été déçu, car ce qui pouvait se régler par de simples excuses, fussent-elles plates, s’est transformé en une joute verbale indigne d’adultes.

555 tortues saisies par la douane burkinabè
Dans un contexte sécuritaire difficile, Kantigui tire son chapeau à la douane burkinabè qui, dans la lutte contre le trafic international illicite d’espèces protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), a saisi 555 tortues, en collaboration avec la douane malienne. Selon la source de Kantigui, tout est parti d’un contrôle de la Brigade mobile des douanes de Fô (à la frontière entre le Mali et le Burkina) qui a trouvé une importante quantité de tortues dans un car de transport de personnes en provenance du Mali et à destination du Togo.
La brigade mobile a donc transmis l’information à la Direction régionale des douanes de l’Ouest. « Cette dernière, après investigations et grâce à l’appui des points focaux CITES de la Direction générale des douanes du Burkina et de celle du Mali, a découvert que les tortues ont été enlevées de leur site d’origine et exportées en violation des lois et règlements y relatifs », a-t-on confié à Kantigui. C’est finalement la Brigade mobile des douanes de Koudougou qui va saisir les 555 tortues, actuellement aux soins des services forestiers de Ouagadougou, en attendant la fin de la procédure. Kantigui salue cet exemple de collaboration entre les services des douanes des deux pays et invite les populations à dénoncer tout cas suspect de fraude ou de trafic illicite auprès des services compétents.

Sept fidèles catholiques excommuniés
Sept fidèles nommément cités sont excommuniés de l’Eglise catholique (exclusion de la communauté et de la communion ecclésiale). Ainsi en a décidé l’archevêque métropolitain de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouédraogo, en fin de semaine dernière. Selon les informations parvenues à Kantigui, l’Eglise reproche à ces premiers responsables de l’Association des apôtres de l’agneau (APA) d’avoir eu, pendant longtemps, des «comportements d’insoumission à l’autorité et de subversions successives » auprès des populations villageoises dans plusieurs paroisses de l’archidiocèse de Ouagadougou, notamment à Sourgoubila, Pabré et Koubri.

« Le comportement sectaire de leurs membres et leur inconduite notoire leur avaient valu d’être suspendus de toute activité allant dans le cadre de l’organisation de séances de prières. Mais force est de constater qu’ils ont toujours fait fi de cette mesure, organisant des campagnes d’évangélisation et des veillées de prière dans de nombreux villages sans l’autorisation et contre les avertissements répétés des pasteurs », a-t-on signifié à Kantigui. Le cardinal Philippe Ouédraogo en est arrivé à la conclusion que les activités de l’APA n’ont pas d’autre but que de tromper et de rançonner les fidèles. « Nous, Cardinal Philippe Ouédraogo, pour le bien des fidèles, nous avons trouvons dans l’obligation de suspendre définitivement l’Association apôtres de l’agneau … Ainsi, ses principaux responsables sont excommuniés ainsi que tout fidèle qui répondra à leur sollicitation en participant à leurs activités », a pu lire Kantigui. C’est l’occasion pour Kantigui de saluer cette rigueur de l’Eglise catholique envers ces brebis galeuses, tout en appelant les autres confessions à en faire autant quand cela est nécessaire.

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(+226) 25 31 22 89

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.