Actu vert : Entretenons nos plants

La Journée nationale de l’arbre (JNA), lancée par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, depuis 2019 commence à porter des fruits. Le taux de réussite des plants mis en terre a atteint 60% dès la 2e édition. L’initiative doit se poursuivre en mettant l’accent sur l’entretien et la protection des plants.

Le mois d’août est sans doute la période indiquée pour planter des arbres. Le moins que l’on puisse dire est que le Burkina Faso est coutumier des campagnes de reboisement où de milliers de plants sont mis en terre chaque année. Depuis les indépendances à nos jours en passant par la période révolutionnaire, l’administration publique, les services privés, les ONG et les mouvements associatifs pour ne citer que ceux-ci se sont toujours inscrits dans cette dynamique pour reverdir la mère-patrie. Car il est connu de tous, le pays des Hommes intègres, à l’instar des autres pays sahéliens, se trouve dans une situation de déforestation accélérée.

Selon le rapport sur la déforestation et la dégradation au Burkina Faso de mai 2019, le pays perd environ 247 145 hectares (ha) de forêts et 469 950 ha de terres chaque année. Les statistiques du ministère de l’Environnement de l’Economie verte et du Changement climatique (MEEVCC) indiquent également qu’en 2002, les formations forestières naturelles du Burkina Faso (forêt claire, forêt-galerie, savane arbustive, savane arborée, steppes) couvraient 13 305 238 ha, soit 48,75 % du territoire national. Le domaine forestier composé de 77 aires classées, dont 65 forêts classées connaissent malheureusement depuis quelques années, une dégradation continue. Entre 2002 et 2013, le pays a perdu plus de 24 870 km² de forêts, soit 9% de son territoire. Pour restaurer le couvert végétal, plusieurs initiatives de reboisement et de gestion forestière avaient été développées sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit notamment des trois luttes, des projets bois collectifs et familiaux, des projets 8000 villages, 8000 forêts, les projets une école un bosquet et un département une forêt. En moyenne, six millions de plants ont été mis en terre sur une superficie estimée à 10 000 ha à travers le pays. Malheureusement, à partir de la 2e année après le reboisement, le taux moyen de réussite n’a pas dépassé 25 %.

La tendance s’inverse

Fort heureusement, la tendance est en train d’être inversée depuis trois ans, avec la Journée nationale de l’arbre (JNA) portée par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. La nouvelle philosophie imprimée par le chef de l’Etat vise à susciter une mobilisation générale de toutes les couches socioprofessionnelles du pays pour la restauration des forêts et des terres dégradées. De façon spécifique, il s’agit de créer un engouement populaire pour la plantation, l’entretien et la protection des plants mis en terre, de magnifier l’arbre pour ses multiples fonctions et services socioéconomiques et culturels et de reconnaître et récompenser les mérites des acteurs intervenant dans le domaine de la préservation des ressources forestières.

En d’autres termes, la JNA permet une responsabilisation et un engagement plus écologique et écocitoyen de l’ensemble des acteurs. Après trois éditions, la JNA commence à porter des fruits. En effet, les chiffres du ministère de l’Environnement donnent un taux de réussite de 60% de plants mis en terre après la 2e édition. Toute chose qui amène à croire que la prise de conscience de la nécessité de restaurer de manière responsable le couvert végétal par les Burkinabè est désormais un acquis.

L’autre équation concerne la poursuite de l’initiative du président du Faso à travers l’entretien des plants. Il faut faire en sorte que la totalité des arbres plantés soit suivie et entretenue après le reboisement. Cela passe par le choix des espèces végétales adaptées lors du reboisement. A ce titre, l’accent doit être mis sur les arbres fruitiers notamment les Produits forestiers non ligneux (PFNL) à cause de ses avantages nutritionnel et ombragé. De plus, les sites reboisés doivent être sécurisés pour éviter que les jeunes plants ne soient pas exposés aux animaux. Il faut prévoir par exemple, des grilles de protection pour chaque plant. A défaut de clôturer le site qui a servi de reboisement, des personnes pourraient être responsabilisées pour la surveillance des plants. C’est en cela que des milliers d’hectares de forêts perdues pourront être récupérés. Entretenons nos plants après le reboisement.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO

pathnema@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.