Coopération Burkina/ Arabie saoudite : l’ambassadeur saoudien prend langue avec des ministres

L’ambassadeur du royaume d’Arabie saoudite au Burkina Faso, Fahad Aldosari, a rendu successivement des visites de courtoisie au ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Victoria Ouédraogo, et celui de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Pr Stanislas Ouaro, le jeudi 9 septembre 2021, à Ouagadougou.

Dans le souci de mieux s’imprégner des réalités des différents ministères afin de renforcer davantage la coopération bilatérale entre l’Arabie saoudite et le Burkina Faso, l’ambassadeur saoudien, Fahad Aldosari , a initié une série de visites de courtoisie aux membres du gouvernement. Il s’est entretenu avec la ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Victoria Ouédraogo, en fin de matinée du jeudi 9 septembre 2021, à Ouagadougou. A sa sortie d’audience, le diplomate saoudien, Fahad Aldosari, a confié qu’il était important d’échanger avec les différentes autorités ministérielles pour connaître davantage les priorités de leurs départements. « Mon pays et le Burkina Faso entretiennent des relations solides.

Le ministre en charge de l’éducation nationale a indiqué que l’Arabie saoudite soutient beaucoup d’initiatives dans le secteur éducatif au Burkina.

Pour raffermir la coopération bilatérale, j’ai jugé nécessaire de m’entretenir avec les différents ministres. Dans cette dynamique, nous pourrons mieux coordonner certaines initiatives », a déclaré M. Aldosari. La ministre en charge de la justice a dit apprécier d’un bon œil cette visite qui témoigne de la bonne volonté de l’ambassadeur à consolider la coopération bilatérale. Sans entrer dans les détails, Mme Ouédraogo a indiqué qu’il y a des projets « importants » qu’ils pourront prospecter ensemble dans un futur proche. De la justice, l’ambassadeur s’est rendu au département en charge de l’éducation nationale. Avec le ministre, Pr Stanislas Ouaro, Fahad Aldosari a passé en revue certaines initiatives que l’Arabie saoudite soutient dans le domaine de l’éducation. « Il faut comprendre les réalités de chaque ministère pour voir dans quelle mesure nous pourrons améliorer la coopération dans divers secteurs », a souligné l’ambassadeur Fahad Aldosari. Comme son homologue de la justice, le ministre en charge de l’éducation s’est réjoui de cette prise de contact « utile ».

« Le Burkina bénéficie de l’Arabie saoudite d’un appui substantiel en matière d’éducation. Par exemple, avec la Banque islamique de développement (BID), nous avons bénéficié de plusieurs soutiens qui ont permis la construction de l’ENEP (Ecole nationale des enseignants du primaire) de Tenkodogo et beaucoup d’écoles, de collèges et de lycées », a-t-il détaillé. Sur la même lancée, il a précisé que la BID intervient dans le cadre du projet de renforcement de l’enseignement franco-arabe au pays des Hommes intègres. « J’ai eu des échanges fructueux avec l’ambassadeur pour que nous puissions continuer de collaborer pour mûrir d’autres projets. On va lui soumettre des notes conceptuelles afin que l’Arabie saoudite puisse nous accompagner davantage dans le secteur de l’éducation », a conclu Pr Ouaro.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.