Bassin de la Volta : des formations pour une meilleure gestion des inondations

Les participants ont vu leurs connaissances renforcées dans la production des cartes de risques des inondations dans le bassin de la Volta

L’Autorité du bassin de la Volta (ABV) a organisé du 21 au 23 septembre 2021 à Bobo-Dioulasso, un atelier national de renforcement des capacités et de production des cartes de risques des inondations et de sécheresse dans le bassin de la Volta. La formation visait à doter les techniciens en la matière, d’outils de prévention et de gestion de ces phénomènes hydroclimatiques.

Le bassin de la Volta au Burkina couvre une superficie de 171 105 km2 et est draîné par les affluents du Mouhoun, du Nakanbé et du Nazinon. Ces bassins fluviaux, à l’instar des autres du continent, connaissent les effets néfastes du changement climatique qui se caractérise, entre autres, par des phénomènes extrêmes tels que les inondations et les sécheresses avec pour corollaires des dégâts matériels et humains. C’est en vue d’éviter ces risques climatiques sur les écosystèmes et les populations que l’Autorité du bassin de la Volta (ABV) a organisé du 21 au 23 septembre 2021 à Bobo-Dioulasso, un atelier national de renforcement des capacités et de production des cartes de risques des inondations et de sécheresse dans le bassin de la Volta.

L’atelier s’inscrit dans le cadre du projet « intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta ». Deuxième du genre après la formation en ligne des six pays du bassin de la Volta, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, le Ghana, le Mali et le Togo, l’atelier de Bobo-Dioulasso est financé par le Fonds d’adaptation et mis en œuvre par l’Organisation météorologique mondiale, (OMM), l’Autorité du bassin de la Volta et le partenariat mondial de l’eau en Afrique de l’Ouest (GWP-AO). Cette formation dont l’ouverture a eu lieu le 21 septembre 2021 a pour objectifs, entre autres, de développer les connaissances de ces techniciens sur l’évaluation de la vulnérabilité et de l’impact des inondations ainsi que l’exposition à la sécheresse.

Le directeur exécutif de l’Autorité du bassin de la Volta, Yaovi Robert Dessouassi, a invité les participants à s’approprier les méthodes et les outils qui seront présentés afin de parvenir à une meilleure gestion des crues et des inondations dans le bassin de la Volta au Burkina. C’est le même message que le représentant de la Direction générale des ressources en eau, Gérard Zongo, a lancé aux techniciens.

Adaman DRABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.