Boureima Hassane Bandé (Attaquant des Etalons) : « Nous avons pour obligation de mettre de la joie dans le cœur des Burkinabè »

Ses blessures à répétition ont stoppé le bon élan qu’il avait amorcé. Des situations qui ne l’ont pas ébranlé. Au contraire, elles ont forgé le moral de Boureima Hassane Bandé qui est crédité de bonnes prestations à la présente CAN. Seul buteur lors de la victoire des Etalons face aux Requins bleus du Cap-Vert, l’actuel sociétaire de la formation croate de NK Istra 1961 parle de la compétition et des Etalons.

Avec un peu de recul, que retiens-tu de votre match face au Gabon?

Je retiens que le match a été très difficile avec beaucoup d’émotions. Nous aurons dû tuer la rencontre bien avant les prolongations. A défaut de pouvoir le faire, nous avons essayé de gérer le score face à une équipe qui joue à dix. Et nous nous sommes fait surprendre. Mais, Dieu merci, l’essentiel était la qualification et nous l’avons obtenue.

Justement, qu’est-ce qui vous a manqué pour faire le break avant les tirs au but ?

Je dirai simplement que c’est la chance qui nous a manqué. Aussi, le fait de nous faire surprendre à la dernière minute a été un manque de concentration. Es-tu d’avis avec ceux qui disent que le problème des Etalons à cette CAN est l’attaque qui n’arrive pas à mettre les occasions au fond? Non, je ne suis pas d’avis, même si je reconnais que nous pouvons faire mieux. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui le disent parce que nous arrivons à scorer au moins à chacune de nos sorties.

Même si je le répète que nous devons mieux faire. Quel bilan tires-tu de votre parcours dans cette CAN jusque-là ?

Jusque là, personnellement, je tire un bilan positif. Arrivé en quart de finale d’une aussi grande compétition avec une majorité de joueurs inexpérimentés n’était pas évident. Vous n’ignorez pas que plus de la moitié de l’équipe est à sa première Coupe d’Afrique des nations.

Nous pouvons déjà être fiers. Mais, nous ne voulons pas en rester là. Nous voulons encore chercher loin. Qu’est-ce qui a taraudé dans ta tête après ton but victorieux contre le Cap-Vert ?

J’ai pensé à tout ce qui s’est passé dans ma carrière et à tout ce qui s’est dit autour. C’est un rêve qui est en train de se réaliser. L’émotion était tellement grandiose que je ne savais pas comment célébrer ce but.

Attendiez-vous à atteindre les quarts de finale de cette CAN?

Affirmatif, nous nous y attendons. Nous savons que nous sommes une bonne équipe. Nous sommes là avec un objectif et non pas seulement pour participer.

Quel est cet objectif ?

Aller le plus loin possible. Aller le plus loin possible passe par une victoire en quart de finale. Que faut-il pour battre la Tunisie ?

Il n’y a pas mille solutions pour battre la Tunisie. Nous devons tout simplement nous donner plus qu’eux sur le terrain. C’est ce que nous allons faire, car, le peuple continue de nous soutenir malgré l’insécurité qui sévit dans le pays. Nous avons pour obligation de mettre de la joie dans le cœur de ce peuple. Pour cela, nous devons nous battre, tout donner pour gagner la Tunisie ou n’importe quel pays pour rendre ce peuple fier. Nous lui demandons de rester toujours uni et de toujours nous apporter son soutien, car, cela nous rend encore plus forts. Nous allons tout donner pour lui faire plaisir. La patrie ou la mort, nous vaincrons.

Entretien réalisé à Yaoundé par

Yves OUEDRAOGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.