Coup d’Etat au Burkina Faso : La COPA-BF et les Révoltés mettent en garde la CEDEAO

Le porte-parole de la COPA-BF et Les Révoltés, Arouna Louré (2e à droite) : « Il est d’une évidence criarde que nous saluons la démission de l’ancien régime et la prise de pouvoir par les nouvelles autorités »

La Coalition des patriotes Africains du Burkina Faso (COPA-BF) et le mouvement Les Révoltés ont animé une conférence de presse le vendredi 28 janvier 2022, à Ouagadougou pour donner leur lecture de la situation nationale suite au Coup d’Etat ayant abouti au renversement du président Roch Marc Christian Kaboré par le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), conduit par le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.

Depuis la chute du président du Roch Marc Christian Kaboré et l’avènement du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) au pouvoir le 24 janvier 2022, les réactions de condamnation ou de soutien au Coup d’Etat se multiplient, à l’interne comme à l’international. Ce vendredi 28 janvier 2022, c’était le tour de la Coalition des patriotes Africains du Burkina Faso (COPA-BF) et le mouvement Les Révoltés de livrer leur lecture de la situation nationale aux Hommes et femmes de médias lors de point de presse organisé à cet effet.

« Il est d’une évidence criarde que nous saluons la démission de l’ancien régime et la prise de pouvoir par les nouvelles autorités », a laissé entendre Arouna Louré du mouvement Les Révoltés et porte-parole des deux organisations.

Nous osons croire, a-t-il poursuivi, que l’avènement du MPSR au pouvoir sonne le départ d’une transition générationnelle avec des hommes et des femmes intègres, patriotes et désintéressés aussi bien au sein des forces de défense et de sécurité qu’au niveau de la classe politique burkinabè. Car, le peuple Burkinabè a longtemps souffert de la mal gouvernance. « Et aujourd’hui, le MPSR a une opportunité qu’on a qu’une seule fois dans une vie pour donner à notre patrie et à notre peuple cet espoir jadis perdu. De même, nous exhortons le MPSR de sortir des schémas classiques de transition qui ont fait l’échec de bons nombres de régimes dans notre patrie », a ajouté M. Louré.

Gare aux opportunistes…

Pour les conférenciers du jour, après cette victoire d’étape, ce qui importe maintenant est de bâtir un Etat fort au service du peuple, un Burkina Faso où l’intégrité, le patriotisme, le travail et la solidarité sont les leitmotivs du peuple mais surtout de sa classe dirigeante.

Les deux organisations de la société civile ont mis en garde ceux qui, au détriment de l’intérêt national, pensent trouver dans l’avènement du nouveau régime une opportunité pour remplacer les anciens potentats.  Elles également adressé cette même mise à garde aux organisations internationales et régionales, notamment la CEDEAO qui viendraient à sanctionner le peuple burkinabè qui a pris ses responsabilités.

Les questions des journalistes ont porté, entre autres, sur le casting pour le choix des hommes et des femmes pour conduire la transition

« Aujourd’hui le peuple a décidé de prendre en main son destin ; de ce fait la CEDEAO doit accompagner le peuple et cesser ses sanctions. Nous sommes debout, nous allons nous mobiliser contre la CEDEAO. Et   à chaque coup, elle retrouvera le peuple Burkinabé sur son chemin, nous sommes clairs là-dessus », a prévenu le porte-parole de la COPA-BF, Roland Bayala.

Les animateurs de la conférence de presse ont salué à sa juste valeur le premier discours du nouveau Chef de l’Etat ; une allocution qu’ils considèrent comme donnant de l’espoir au peuple Burkinabés qui ne savait plus à quel saint se vouer. Ils ont laissé entendre qu’ils remettront un mémorandum sur la conduite de la transition aux nouvelles autorités.

Mahamadi SEBOGO

(windmad76@gmail.com

Katia Jean-François

(Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.