Ecole « Kua-D » à Bobo-Dioulasso :

Le directeur de l’école « Kua D », Abdoulaye Ouattara : « notre souhait est que l’APE ait une bonne gestion pour permettre à l’école de fonctionner normalement ».

La gestion du bureau de l’Association des parents d’élèves (APE) de l’école « Kua-D », située dans l’arrondissement 4 de Bobo-Dioulasso, ne fait pas l’unanimité. Il est reproché audit bureau une gestion peu catholique des fonds de l’association. Nous avons approché les différents acteurs pour en savoir plus.

L’administration et le bureau de l’Association des parents d’élèves (APE) de l’école « Kua-D » de Bobo-Dioulasso sont à couteaux tirés. Au cœur de la discorde, un supposé manque de transparence dans la gestion financière de l’APE qui paralyse le fonctionnement de l’établissement scolaire.

« Je ne sais pas comment ils effectuent leurs dépenses. Ils m’ont exclu de toutes les rencontres du bureau APE alors que les textes m’y autorisent à mon titre de membre », a d’emblée regretté le directeur de l’école, Abdoulaye Ouattara. Pire, a-t-il dit, depuis que le nouveau bureau a pris fonction (2020-2021) jusqu’à ce jour, il n’y a pas eu d’Assemblée générale (AG).

Devant le comité d’inspection, a-t-il poursuivi, le bureau aurait reconnu avoir récolté 3 397 000 F CFA et dépensé 3 143 000 F CFA, alors qu’avec une reconstitution faite à partir de l’effectif des élèves à jour de leurs frais de scolarité (7 000 F CFA prélevés chez les nouveaux élèves et 5 000 F chez les anciens) et avec le truchement des enseignants, M. Ouattara est convaincu que plus de 3 700 000 F CFA ont été encaissés par le bureau de l’APE.

« L’année passée, le carnet de reçus de paiement des nouveaux élèves s’est volatilisé et cette année aussi tous les carnets de paiement ont disparu. Je ne sais pas ce qu’ils en ont fait », a fait remarquer le directeur de l’école. Abdoulaye Ouattara accable aussi le bureau APE de surfacturation dans leurs différentes dépenses.

« Depuis que je suis à la tête de l’école il y a 7 ans, nous n’avons jamais atteint 500 000 F CFA pour l’acquisition des fournitures. Eux, ils sont allés à environ 672 000 F sans avoir toutes les fournitures », s’est-il étonné. Pour la réparation des tables-bancs et des meubles de l’école, le directeur a indiqué que les dépenses n’ont jamais atteint 100 000 F, mais avec la nouvelle équipe dirigeante de l’APE, elles sont allées à près de 300 000 FCFA.

La cantine scolaire hypothéquée

Les problèmes de l’école, a expliqué le directeur de l’école, ont commencé avec le nouveau bureau qui est en fonction depuis l’année scolaire 2020-2021. « L’année scolaire passée, dès le mois de juin, le bureau de l’APE était déjà confronté à un problème de trésorerie. J’étais obligé de puiser dans mes frais de fonctionnement pour faire fonctionner la cantine », a-t-il laissé entendre.

Et d’insister que pour l’année scolaire en cours, le mois d’octobre 2021 n’était même pas achevé que les difficultés ont commencé, au point que la cantine scolaire n’était pas encore fonctionnelle jusqu’au 14 février 2022, à notre passage dans l’établis-sement. « J’ai appelé le président de l’APE qui m’a dit que la caisse était vide », s’est-il étonné.

A en croire le directeur, l’école connait présentement un dysfonctionnement « total » au point que quel que soit ce que l’administration demande au bureau de l’APE et qui relève de ses prérogatives, ses responsables accusent toujours le manque d’argent. « L’école fournit la liste de ses besoins au bureau de l’APE qui les prend en compte dans l’élaboration du budget prévisionnel et ledit budget est exécuté, une fois adopté en assemblée générale des parents d’élèves », a-t-il fait savoir.

Cette année, a-t-il regretté, le bureau a commencé à engager des dépenses alors que le budget n’a pas été adopté, puisqu’il n’y a pas eu d’assemblée générale. Le directeur de l’école dit s’être adressé au président du bureau APE, au président du comité d’inspection et à l’inspecteur de la Circonscription d’éducation de base (CEB) dont relève l’école pour trouver des solutions.

Pour avoir la version du bureau de l’APE, nous avons cherché à rencontrer sans succès le premier responsable. Mais après plusieurs appels téléphoniques, il a fait comprendre qu’il n’y avait pas de crise à l’école « Kua D ». Pour lui, il s’agit simplement d’un « manque de compréhension » et les différentes parties se seraient accordées.

C’est aussi ce que le président du comité d’inspection a affirmé au téléphone, alors que le directeur de l’école persiste que le problème demeure.

Alpha Sékou BARRY

alphasekoubarry@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.