Engin explosifs sur l’axe Kaya-Dori : Deux personnes tuées, un car de transport endommagé

Un camion remorque et un car de transport en commun ont respectivement sauté, les 10 et 13 mars 2022, sur des engins explosifs improvisés sur la route nationale N°3, axe Kaya-Dori. 

Deux pertes en vie humaine, des blessés et un car de transport en commun complétement endommagé. C’est le triste bilan du passage d’un car de transport en commun d’une compagnie (2NI) sur un Engin explosif improvisé (EEI), le dimanche 13 mars 2022, aux environs de 8 heures, à 5km de Tarpako, sur l’axe Tarparko-Tougouri, dans la commune de Tougouri, province du Namentenga, région du Centre-Nord.

Trois jours avant (10 mars : ndlr), un camion remorque transportant des marchandises a sauté sur une autre mine artisanale dans le village de Boinga, commune rurale de Pissila, sur l’axe Pissila-Tougouri. Selon des témoins, même si le véhicule a été endommagé, le chauffeur et l’apprenti sont sortis sains et saufs. Ces deux mines artisanales ont été dissimilées dans des nids de poule sur la Route nationale (RN) n°3.

Depuis le début du mois de mars, la RN3 est devenue la cible privilégiée des groupes armés terroristes. En effet, le 9 mars, une vingtaine de terroristes ont saccagé l’antenne d’un réseau de téléphonie mobile aux environs de 16 heures tout en laissant un message. «Si notre revendication n’est pas satisfaite, nous y reviendrons…», a fait savoir une habitante de Pissila, joint au téléphone dans la même soirée. Depuis le début de la crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso, ce sont les toutes premières fois que la RN3 est visée par des EEI.

Sidgomdé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.