Barreau burkinabè : 42 nouveaux avocats en renfort

La salle d’audience du Tribunal de grande instance Ouaga II a abrité la cérémonie de prestation de serment de 42 nouveaux avocats, le lundi 22 août 2022, à Ouagadougou.

Les 42 avocats se sont engagés à servir les Burkinabè dans le respect des lois régissant la Constitution.

Debout, devant les membres de la Cour d’appel de Ouagadougou, mains levées, 42 nouveaux avocats ont juré d’exercer leur profession avec honneur, indépendance, probité, délicatesse, loyauté et dignité, dans le respect des règles de leur ordre. C’était lors d’une cérémonie de prestation de serment, le lundi 22 août 2022, dans la salle d’audience du Tribunal de grande instance Ouaga II, en présence de parents, amis et collègues des « promus ». Le Bâtonnier de l’ordre des avocats du Burkina, Siaka Niamba, a assuré n’avoir pas d’inquiétude particulière par rapport à la bonne pratique du travail qui les attend. Pour lui, le gouvernement doit encadrer ces nouveaux avocats afin qu’ils réussissent leurs missions. « Avant la prestation de serment, ils répondaient de l’Ecole nationale professionnelle des avocats. A partir dudit serment, ils sont sous la juridiction du Bâtonnier et du Conseil de l’Ordre national. Après la formation, il y a eu un tri à travers une enquête de moralité faite par la gendarmerie. Sur les 46 stagiaires au départ, 42 ont été éligibles », a-t-il rappelé.

Les quatre restants, a laissé entendre Siaka Niamba, ont été recalés pour une enquête complémentaire de moralité. « Nous ferons en sorte que l’ordre règne dans l’Ordre des avocats », a-t-il prévenu. Le procureur général, Jean Jacques Ouédraogo, a révélé que depuis une dizaine d’années, le domaine judiciaire burkinabè est miné par de nombreux maux. A l’entendre, cette situation est due au manque de professionnalisme, de sincérité, de loyauté et à une grande concurrence entre avocats, impactant négativement la magistrature et le système judiciaire burkinabè. Le procureur général a invité ces nouvelles venues à œuvrer pour inverser la tendance. Le ministre de la Justice, chargé des relations avec les institutions, Garde des Sceaux, Barthélémy Kéré, a rappelé que ces avocats, dès leur recrutement, ont reçu des principes déontologiques du Bâtonnier et du Conseil. Pour lui, cette déontologie amène l’avocat à être heureux et fier de son métier. A ses dires, cela pousse les stagiaires à œuvrer avec honnêteté, intégrité et diligence pour leurs clients.

Trois ans de stage

Le ministre en charge de la justice, Barthélémy Kéré, a assuré que les nouveaux avocats ont reçu les outils nécessaires pour remplir avec brio leur fonction.

Ces avocats qui ont fait trois ans de stage ont reçu les outils nécessaires pour remplir leur nouvelle fonction dans l’intérêt de la Nation, selon le ministre en charge de la justice. Il a promis de prendre des dispositions pour leur encadrement et de faire en sorte qu’ils soient de bons avocats sur les plans national et international. Pour le délégué général des nouveaux avocats, Oumarou Cissé, cette cérémonie leur procure un sentiment de joie, de fierté et est le signe de l’aboutissement d’un combat de deux ans. Il a remercié les devanciers qui, à son avis, n’ont ménagé aucun effort afin de faciliter leur formation et leur réussite à l’examen d’admission au barreau. « L’appel à être des modèles et des exemples dans la profession est interpellateur », a-t-il indiqué. Par ailleurs, les « élus du jour » ont pris bonne note de ces conseils et promis de faire de leur mieux pour le bien-être des Burkinabè. A ce propos, les prestataires de serment se sont engagés à être des avocats intègres, dignes et qui méritent leur titre pour la défense de la veuve et de l’orphelin. C’est le cas de l’avocate, Me Rosalie Dikoudogo, qui a fait savoir que la première tâche d’un avocat est de plaider et défendre la cause des populations.

Soumaïla BONKOUNGOU

Moubaract KIEKIETA (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.