Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience, le vendredi 22 mars 2019, à Ouagadougou une délégation de la chambre des mines du Burkina, suivie d’une autre de la campagne nationale pour la promotion du leadership féminin.

Le président de la chambre des mines du Burkina (CMB), Tidiane Barry, à la tête d’une délégation de l’association, a présenté au Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, les perspectives des acteurs du secteur privé dans le secteur minier et leurs préoccupations relatives à l’industrie minière burkinabè. Selon Tidiane Barry, il s’agit essentiellement de la sécurité des personnes et des biens afin de permettre à l’outil productif minier de continuer à performer.

« La sécurité est indispensable pour permettre la continuité de la recherche minière qui constitue l’avenir du secteur», a-t-il expliqué. La chambre des mines du Burkina est une association à but non lucratif, créée en juillet 2011 pour représenter le secteur minier privé. Elle regroupe actuellement une cinquantaine de sociétés locales et internationales agissant dans les domaines de l’exploration et de l’exploitation minières ainsi que des géo services (laboratoires d’analyses, sociétés de sondages, sous-traitants miniers..).

A la suite de la chambre des mines, le chef du gouvernement a également reçu en audience une délégation de la campagne nationale pour la promotion du leadership féminin dont la 3e édition a lieu du 7 au 23 mars 2019. Selon la marraine de l’ édition, Ramatou Palm, l’entrevue avec le Premier ministre a consisté à lui faire part de leurs travaux.

Ainsi elle a déclaré qu’un forum national a été organisé dans le cadre de la campagne de leadership féminin avec pour ambition d’accompagner plus de 200 jeunes filles par des femmes leaders dans leurs domaines d’activités à travers un système de mentorat. « De plus, des échanges et panels ont permis d’inspirer les jeunes filles », a-t-elle soutenu. A en croire Ramatou Palm, Christophe Dabiré a apprécié la qualité du programme et s’est engagé pour sa pérennité. « Il a surtout apprécié le fait de mettre en avant de jeunes filles ambitieuses ayant décidé de prendre leur vie en main et d’impacter leur communauté », a-t-elle ajouté.

La campagne nationale de leadership féminin résulte de l’initiative de quatre structures que sont l’association des jeunes pour le développement durable au Burkina Faso, la plateforme nationale des jeunes pour les objectifs du développement durable, le réseau AfriYAN et le centre d’expertise et d’incubateur A.cri.

Fabé Mamadou OUATTARA
Dawara Sylvie SOU
(stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.