Le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement a officiellement remis des attestations à 22 startups de l’édition 2018 du programme «Burkina Startup» et des chèques de subvention à deux associations, le mardi 9 juillet 2019, à Ouagadougou.

Dans le cadre de la seconde session du programme Burkina Startup, 22 projets «innovants» ont été sélectionnés et financés à hauteur de 924 792 369 F CFA. Les projets évoluent essentiellement dans les secteurs de l’agrobusiness et du numérique. Les lauréats ont reçu leurs attestations des mains du ministre en charge de l’économie, Lassané Kaboré, au cours d’une cérémonie dans la matinée du mardi 9 juillet 2019, à Ouagadougou. C’était aussi l’occasion pour l’association Avoh Yatinin Jiji et au groupement Dewral Welltaaré de recevoir des chèques de subvention d’une valeur de dix millions francs CFA chacune du Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES).
Le porte-parole des bénéficiaires, Ousmane Kéré, au nom des 22 lauréats, a remercié le gouvernement pour son engagement à faire de l’entrepreneuriat un levier de développement économique. Il a, par ailleurs, rassuré les donateurs quant à une utilisation optimale des fonds mis à leur disposition. Néanmoins, les bénéficiaires ont émis des doléances pour un épanouissement de leurs entreprises. «Le taux élevé des taxes de droit de douanes lors de l’importation des équipements, le taux des impôts lors de l’exploitation des startups, l’inexistence d’un statut juridique et fiscal propre aux startups et le manque de financement complémentaire sont, entre autres, des difficultés rencontrées par les startups», a indiqué M. Kéré. En réponse, le ministre Kaboré a déclaré que des instructions ont été données aux directeurs généraux du fonds et des impôts pour que des mesures d’accompagnement soient prises afin de soutenir les entreprises. «Il faut accompagner les structures durant les cinq premières années de leur naissance», a-t-il estimé. Il a, par ailleurs, félicité les lauréats pour la qualité de leurs projets qui, du reste, répond à l’objectif premier du fonds d’accompagner les jeunes entrepreneurs pour qu’ils puissent grandir. Depuis le lancement du programme en 2017, 62 projets ont été financés à hauteur de plus de 2 milliards francs CFA. Ce qui a permis la création de 2075 emplois directs. «C’est bon, mais nous pouvons faire mieux car l’objectif est de financer cent startups par an. Ce ne sont pas les idées qui manquent au Burkina Faso. Il y a juste un déficit de communication que nous devons rapidement revoir», a indiqué le nouveau directeur général du FBDES, Bruno Compaoré.
Lancé, le 11 juillet 2017, le programme «Burkina Startup» qui va jusqu’en 2021, avec un coût total de 10 milliards F CFA, ambitionne financer 500 startups sur les cinq années, soit 100 startups par an. En sus, le programme entend créer 10 000 emplois directs et améliorer le taux de viabilité des entreprises financées. «Burkina Startup» entend également favoriser la naissance et l’émergence de Petites et moyennes entreprises (PME) structurantes, innovantes et viables à travers un mécanisme de financement adapté à l’auto-emploi.

Arnaud Fidèle YAMEOGO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.