Le ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, a lancé officiellement, le mardi 9 juillet 2019 à Ouagadougou, des sessions de sensibilisation à l’entrepreneuriat, au profit des étudiants des universités publiques, privées et des grandes écoles de Ouagadougou.

L’Université Saint Thomas d’Aquin (USTA) de Saaba a accueilli, le mardi 9 juillet 2019, le lancement d’une série de séances d’animation sur l’entrepreneuriat des jeunes. Ces sessions de sensibilisations ont été initiées par le ministère en charge de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, au profit des étudiants des universités publiques, privées et des grandes écoles de Ouagadougou. Selon le représentant du ministre, Salam Ouédraogo, des données de l’Enquête intégrale sur les conditions de vie des ménages 2009/2010 de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), ont montré que le taux de chômage est de 34,5% chez les jeunes de niveau supérieur contre 17,2% chez les jeunes de niveau secondaire. 11,3% pour ceux de niveau primaire. «Seulement 5,4% des jeunes non instruits sont au chômage. Le chômage est en partie lié à la faible employabilité des jeunes formés dans le système éducatif national», a-t-il signifié. Et d’ajouter que les jeunes s’inscrivent dans une dynamique de trouver un emploi salarié dans la fonction publique ou dans les grandes entreprises. «La demande additionnelle annuelle ne cesse de croître, alors que les offres de recrutement ne font que décroître», a regretté M. Ouédraogo. Face à cette situation, il a noté que la seule alternative crédible semble être la promotion de l’auto-emploi des jeunes. Pour le Directeur général de la jeunesse et de l’éducation permanente (DGJEP), Larba Pilga, il est nécessaire d’inculquer cette culture entrepreneuriale aux étudiants, pour qu’à leur sortie des grandes écoles, ils puissent être eux-mêmes : «Des solutions aux problèmes d’emploi et non des problèmes pour l’emploi». Ces sessions de formation vont se focaliser sur des communications sous forme de panels, au cours desquels des techniques entrepreneuriales, l’élaboration d’un plan d’affaires et des sources de financements seront développées. Le vice-recteur de l’USTA, Norbert Nikiéma a, pour sa part, indiqué que les coûts économiques et sociaux du chômage et le sous-emploi des jeunes vont sans cesse croissant et compromettent le potentiel de la croissance économique du pays. C’est en ce sens qu’il a apprécié cette initiative du ministère en charge de la jeunesse, qui, de son avis, inspire son université et incite celle-ci, à réfléchir à la mise en place d’un dispositif interne de stimulation des étudiants à l’innovation, et à l’esprit d’entreprise et d’auto-emploi. De nos jours, il faut que les jeunes s’engagent, avec un esprit d’initiative et le courage de s’auto-employer», a-t-il soutenu.

Afsétou SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.