Développement de la filière cajou

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience, le vendredi 20 décembre 2019 à Ouagadougou, les ministres en charge du commerce et de l’industrie des pays membres du Conseil international consultatif du cajou (CICC).

Le développement de la filière cajou préoccupe le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré. En effet, il a reçu en audience, le vendredi 20 décembre 2019 à Ouagadougou, les ministres des pays membres du Conseil international consultatif du cajou (CICC) pour discuter du développement de cette filière, au terme de la 3e session de leur conseil des ministres. Selon le ministre burkinabè du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat du Burkina, Harouna Kaboré, la délégation a fait au chef du gouvernement, le point des travaux.
La ministre du Commerce et de l’Industrie du Bénin, Alimatou Shadiya Assouman a, pour sa part, indiqué que le Premier ministre a insisté sur l’importance du « restons-ensemble » pour développer leur pays. « Le chef du gouvernement a aussi insisté sur la prise en compte de la filière anacarde qui représente aujourd’hui un produit important dans l’importation de nos pays », a souligné Alimatou Shadiya Assouman. A l’en croire, des décisions importantes ont été prises lors du conseil des ministres du CICC. Il s’agit, entre autres, de la confirmation du siège du CICC en Côte d’Ivoire avec la nomination d’un secrétaire exécutif, du passage de témoin de la présidence du CICC du Bénin au Burkina Faso en la personne du ministre Kaboré.
Le CICC, qui compte aujourd’hui 11 pays membres, traite des questions liées au développement de la filière cajou. « Nous avons décidé de fédérer nos actions pour améliorer la production, la transformation et la commercialisation de cette filière », a soutenu M. Kaboré.

Lassina BADOLO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.