Assises nationales sur l’éducation : le ministre Ouaro requiert le soutien de l’Opposition politique

Le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Eddie Komboïgo, a reçu, le vendredi 7 mai 2021, au siège de l’institution à Ouagadougou, le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro. Les échanges ont porté sur les assises nationales sur l’éducation.

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Pr Stanislas Ouaro, poursuit ses consultations en vue de réussir les assises nationales sur l’éducation prévues en septembre prochain. Le vendredi 7 mai 2021, à Ouagadougou, il a été reçu par le Chef de file de l’Opposition politique (CFOP), Eddie Komboïgo et des responsables de partis politiques membres. « Les échanges se sont bien passés dans une ambiance de franchise. Des suggestions et un certain nombre de critiques et de recommandations ont été formulées », s’est réjoui le ministre Ouaro, à l’issue du huis clos. La rencontre a été également l’occasion pour le visiteur du jour de remettre les termes de référence des assises afin que l’opposition politique puisse contribuer à les améliorer. A entende le ministre, le CFOP adhère à l’idée d’aller à un débat avec une participation active de toute la communauté afin de travailler au développement du pays. « J’ai apprécié que le CFOP soit dans une bonne disposition pour participer et apporter sa contribution afin de bâtir ensemble un système éducatif de qualité », a-t-il dit.
Le Chef de file de l’Opposition politique, Eddie Komboïgo, a salué cette démarche du ministre en charge de l’éducation de consulter le cadre de concertation du CFOP dans la perspective de l’organisation du débat national sur le système éducatif.

« Nous avons reçu les termes de référence et le chronogramme des tournées qui se veulent inclusives afin de faire participer toutes les forces vives de la nation », a-t-il affirmé. M. Komboïgo a, cependant, émis des inquiétudes quant à l’avenir des enfants, au regard des différentes crises liées, entre autres, à l’insécurité ayant entrainé la fermeture de certaines écoles et des déplacements des populations. Pour lui, après 60 ans d’indépendance, c’est le lieu de faire une réflexion sur l’éducation en général dans notre pays. Il s’est également interrogé si l’éducation transmise aux enfants permet d’avoir de l’emploi et de participer à la construction de la nation. Il a souhaité que le taux de l’éducation au niveau de la formation technique et professionnelle atteigne au moins 50% au lieu des 2% comme annoncé par le ministre Stanislas Ouaro. Après le CFOP, le ministère en charge de l’éducation a annoncé que ses prochaines destinations seront la Commission de l’informatique et des libertés, l’Alliance des partis de la majorité présidentielle et l’Assemblée nationale.

 Aly SAWADOGO
alysawadogo1@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.