Tabaski 2021: des moutons attendent d’éventuels acheteurs

Ce jeune vendeur, Noufou Rouamba, souhaite une amélioration de la situation pour que les affaires puissent prospérer.

A la veille de la fête de Tabaski, les fidèles musulmans s’activent à sacrifier à la tradition, celui d’immoler un mouton comme l’a fait le prophète Abraham pour montrer sa soumission à Allah. Cependant, de nombreux fidèles sont confrontés cette année à une difficulté, celle de la hausse des prix des animaux sur le marché. Le dimanche 18 juillet 2021, nous avons fait un tour au marché de bétail de Tanghin dans l’arrondissement 4 de Ouagadougou. Constat.

Il est 10h 00, ce dimanche 18 juillet 2021, lorsque nous arrivons au marché de bétail de Tanghin dans l’arrondissement 4 de Ouagadougou. A vue d’œil, l’on a l’impression que le marché se passe à l’extérieur de la cour. Une affluence des vendeurs en ces lieux explique que la décision du conseil municipal de la ville d’interdire toute vente d’animaux sur les abords des voies y est pour quelque chose. « La décision du maire de la ville est à saluer. Car, malgré la concurrence, les acheteurs sont rassurés que ce ne sont pas des animaux volés qu’ils achètent », affirme Noufou Rouamba, vendeur de petits ruminants.

A l’intérieur, la cour est aussi bondée d’animaux. Et les prix varient selon les catégories.
« Il y a des moutons de plus de 200 000 F CFA, de 150 000 F CFA, de 100 000 F CFA et les moins chers ont un prix compris entre 80 000 F CFA et
90 000 F CFA. Il y a aussi les races locales que l’on peut avoir à 70 000 ou à 75 000 F CFA », explique M. Rouamba. Il justifie cette cherté par la situation sécuritaire dans le pays. « Nous étions à Déou dans la province de l’Oudalan pour acheter des animaux. Subitement, nous entendons des crépitements d’armes. Nous avons fui laissant sur place le troupeau », avoue-t-il. Pour Abdoul Kader Rouamba, un autre vendeur, le marché est morose pour l’instant.

« Depuis ce matin, je n’ai vendu qu’un seul mouton. Mais je comprends, car les gens attendent souvent les derniers jours pour faire leurs achats par crainte de voleurs », souligne-t-il. Pourtant, malgré cette mévente, il ne désespère pas, car il a sa petite idée pour écouler sa marchandise. Il pense qu’il faut chercher moins de bénéfice. Ainsi, pour un mouton acheté à 50 000 F CFA, il espère en tirer 5 000 FCFA de bénéfice.

Des démarcheurs véreux

Au marché de bétail de Tanghin, chaque fidèle peut avoir son mouton en fonction de sa bourse.

Il dit comprendre certains clients qui trouvent les prix excessivement chers. Mais il se défend : « Aujourd’hui les prix de moutons sont chers, mais ce n’est pas de notre faute. En brousse, les animaux sont chers. Nous qui partons acheter, on nous vent cher. Même ceux qui envoient sur place pour que nous payons, vendent cher et même les taxes sur les voies sont élevées », se justifie M. Rouamba. Venu de Rimkieta pour se procurer ce précieux sésame afin de témoigner sa reconnaissance à Allah pour les grâces reçues, Mamadou Ouattara corrobore les propos de M. Rouamba par rapport aux coûts. Il prétend qu’après une heure de discussion, il a fini par avoir son mouton à 90 000 F CFA.

Et qu’en plus de cela, il faut débourser la somme de 200 F CFA pour le parking. « Je comprends que la vie est chère. Mais, nous devons être souple pour ne pas aggraver la situation », suggère-t-il. Pour lui, les démarcheurs y sont pour quelque chose dans le renchérissement des prix des animaux. « Souvent les propriétaires sont assis, laissant le marché aux démarcheurs qui vendent à des prix exorbitants pour tirer un bénéfice. Dans une conversation, j’ai entendu un qui disait que le propriétaire veut 100 000 F CFA, les revendeurs, eux, proposent 150 000 F CFA à l’acheteur.

Dans la discussion, l’acheteur a décidé de donner 120 000 F CFA et ils ont refusé», déclare M. Ouattara. Adama Zerbo soutient, quant à lui, que chaque fidèle doit faire sa fête, selon ses moyens. « J’ai déjà payé un bœuf pour sacrifier, mais comme nous tuons le bœuf un peu tardivement, j’ai décidé de venir prendre un mouton pour la préparation en attendant. J’ai eu celui-là à 75 000 F CFA », confie-t-il. En tous les cas, les vendeurs attendent d’éventuels acheteurs au marché de bétail de Tanghin et espèrent que la fête sera belle malgré
les difficultés.

Donald Wendpouiré NIKIEMA
tousunis.do@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.