Prix « Nêema-Lobo » : Afsetou Sawadogo, première lauréate en presse écrite

Afsétou Sawadogo (droite) a reçu son prix et les félicitations des organisateurs du concours.

Le ministère de la Santé et ses partenaires ont organisé, le vendredi 6 août 2021, à Ouagadougou, une cérémonie de remise du prix « Nêema-Lobo » de la meilleure production journalistique sur la nutrition maternelle et l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant. A l’occasion, trois journalistes ont été primés.

Afsetou Sawadogo, journaliste aux Editions Sidwaya, est la première lauréate du prix « Nêema-Lobo » dans la catégorie presse écrite. C’est son œuvre : « allaitement maternel exclusif : un antidote contre le cancer de l’ovaire » qui lui a valu ces lauriers. « Le constat, beaucoup de femmes veulent pratiquer l’allaitement maternel exclusif, mais la pomme de discorde, c’est leur belle-mère. Pour les belles-mères, le fait de ne pas donner à boire à l’enfant contribue à réduire la croissance de l’enfant. D’où la réticence de certaines d’entre elles. Or, selon les spécialistes de la santé, l’allaitement exclusif contribue à réduire le cancer de l’ovaire. C’est un sentiment de joie qui m’anime.

C’est une invite pour moi et les professionnels des médias à mieux faire et à contribuer à sensibiliser la population surtout les belles-mères à l’allaitement exclusif », a confié la lauréate. Dans la catégorie télévision et radio, c’est respectivement Dieudonné Congo de Savane Média et Sata Bouaré de la Rtb2/Bobo qui ont été primés. Chaque candidat est reparti avec la somme de 1 000 000 F CFA, un trophée, une attestation et des gadgets. Pour cette première édition du concours, le jury a apprécié 9 œuvres. Selon le jury présidé par Nathalie Sawadogo, l’originalité du thème, l’actualité, la diversité des sources, la maîtrise du sujet et la qualité du plaidoyer ont été les critères qui ont valu aux lauréats leur distinction.

Le prix « Nêema-Lobo » qui signifie bonne alimentation en Fulfuldé a été initié par le ministère de la Santé et ses partenaires dans le cadre de la célébration de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel (SMAM). D’après le ministre de la Santé, Charlemagne Ouédraogo, l’analyse des indicateurs de la malnutrition au Burkina montre que la situation nutritionnelle est toujours insatisfaisante, malgré les efforts consentis ces dernières années. Il a expliqué qu’au pays des Hommes intègres, au moins 98% des femmes allaitent leurs enfants. Cependant, la proportion des bébés nourris exclusivement au sein maternel jusqu’à l’âge de six mois reste faible. « Si l’allaitement des nourrissons est une pratique courante et séculaire, l’allaitement exclusif n’est pratiqué que pour 4 nourrissons de moins de six mois sur 10.

Par ailleurs, seulement 80,1% des femmes continuent d’allaiter jusqu’à l’âge de 2 ans au moins », a regretté le ministre de la Santé. Faire bouger les lignes C’est pourquoi, a-t-il dit, depuis 2020, le Burkina est engagé dans l’initiative sous régionale « plus fort avec le lait maternel uniquement » qui vise à contribuer à l’atteinte de l’objectif de 80% de taux d’allaitement exclusif fixé dans le plan de passage à l’échelle de la promotion des pratiques optimales d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant d’ici à 2025. Alors, pour lui, le thème de la SMAM : « Allaitement maternel, une responsabilité partagée » interpelle les professionnels des médias qu’il est temps pour informer, sensibiliser et de galvaniser l’action pour protéger et soutenir l’allaitement.

Selon le ministre de la Santé, l’objectif de ce prix est d’encourager les productions journalistiques sur la nutrition, l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant. « Vous jouez un rôle important dans la promotion, la sensibilisation, la protection sur les meilleures options concernant la nutrition des mères et des nourrissons. Vous constituez un maillot incontournable de la chaîne dans le changement de comportement. Voilà pourquoi ce prix », a-t-il expliqué. Pour cette première édition, Alive & Thrive, UNICEF et IBFAN se sont engagés à accompagner le ministère dans l’attribution de ce prix et nous encourageons d’autres partenaires à le soutenir dans cette lancée, car les professionnels des médias, contribuent fortement au plaidoyer pour le soutien, la promotion et la protection de l’allaitement maternel, a indiqué le directeur-pays de Alive & Thrive, Maurice Gérald Zafimanjaka.

Il a aussi signifié : « Nous sommes convaincus que les acteurs que vous êtes, constituent des agents de changement social de comportement, des partenaires sûrs en notre sens, pour faire bouger les lignes à travers vos actions qui interpellent les décideurs, informent et sensibilisent les opinions ». A l’issue de la cérémonie, la 2e édition du prix « Nêema-Lobo » a été lancée. Elle va concerner les œuvres produites du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2021.

Abdel Aziz NABALOUM

emirathe@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.