Insécurité dans le Loroum : Le dernier cri de désespoir

Face à la situation sécuritaire dramatique que traverse le Loroum, l’Association pour le développement de la province du Loroum (ADPL) exhorte, à travers cet écrit, les autorités burkinabè à entreprendre des « actions plus fortes » pour sécuriser ladite province, notamment à travers la mise en place d’un « détachement militaire bien équipé » à Titao, et le renforcement des capacités opérationnelles des VDP de la province. L’ADPL invite, par la même occasion, tous les filles et fils du Loroum ainsi que les organisations humanitaires, ONG et associations de développement, les amis du Burkina Faso et du Loroum à venir en aide aux populations en détresse de la localité.

Depuis 2017, la province du Loroum est l’objet d’attaques terroristes récurrentes qui ont endeuillé plusieurs familles, entrainé des déplacements massifs internes de populations, engendré un marasme économique et la fragilisation du tissu social. Les services sociaux de base sont gravement compromis dans la quasi-totalité des localités de la province. Plus de 75% des écoles et plus de 50% des centres de santé sont fermés, l’administration existe au minima, à cela vient s’ajouter une campagne agricole humide 2021 désastreuse et aucune perspective pour les cultures de contre- saison.

La situation est à son paroxysme avec plusieurs hommes tués, des femmes qui sautent sur des mines enfouies sur les pistes rurales, du bétail emporté, des greniers incendiés, des commerces pillés et des populations déguerpies de leurs villages. En outre, les récentes attaques des villages situés sur la RN23 par les terroristes, risquent d’aboutir à l’isolement de la ville de Titao, chef-lieu de la province du Loroum, avec des conséquences dramatiques. Les auteurs visibles de cette forfaiture sont les terroristes, ces Hommes armés non identifiés (HANI) qui dictent leur loi en lieu et place de l’Etat burkinabè.

L’amère conséquence de la dégradation continue et accélérée de la situation sécuritaire est le dépeuplement de plus de 60% des villages de la province, une forte concentration des personnes déplacées internes dans les quelques secteurs non encore occupés de Titao, chef-lieu de la province, et à Ouindigui, chef-lieu de la commune du même nom, le sentiment profond d’impuissance et d’abandon d’une population loroumoise en désarroi.

A la date du 30/09/2021, la ville de Titao comptait 46 841 PDI selon le CONASUR et ce nombre a augmenté d’environ 20 000 avec les dernières attaques que la province a connues dans le mois d’octobre. Ainsi, la commune de Titao occupe le 7e rang des communes qui abritent des PDI au Burkina Faso et la province du Loroum le 5e rang des provinces de provenance des PDI avec un total de 80.370 déplacés.

Ni les efforts conjugués des FDS, de nos vaillants VDP et des populations sur le terrain, ni la chaîne de solidarité qui s’est formée spontanément pour apaiser les cœurs meurtris des personnes affectées, n’ont pu venir à bout de ce drame sécuritaire et humain qui s’accentue de jour en jour dans la province du Loroum. Alors, que faire ? Au nom des valeurs de patriotisme, de solidarité, d’humanisme, d’intégrité, de probité, de tolérance et d’acceptation de la différence, les populations du Loroum, par la voix de son Association ADPL, avaient lancé un premier cri d’alarme le mercredi 11 septembre 2019 à Titao devant les autorités provinciales.

Aujourd’hui, plus de deux ans après, c’est avec grande tristesse que l’ADPL est contrainte de lancer son ultime cri d’alarme :

· Aux autorités nationales, les populations du Loroum sont désemparées et attendent des ACTIONS PLUS FORTES de sécurisation de la province, notamment l’implantation d’un détachement militaire bien équipé à Titao, le renforcement des capacités opérationnelles du détachement militaire de Banh et des VDP de la province, le bitumage de la RN23 Ouahigouya-Titao-Djibo et la réalisation de forages agricoles dans les sites maraîchers. Toutes choses qui pourraient les conforter dans leur croyance en une « Nation protectrice de ses enfants » et leur redonner confiance à l’avenir ;

· Aux filles et fils du Loroum résidant dans la province, hors de la province et du pays, sans aucune considération politique, religieuse et ethnique, l’ADPL vous fait appel pour que de façon unitaire et fraternelle, nous exprimions les valeurs ci-dessus citées en faveur, d’une part, de nos VDP, cités comme un modèle de résistance dans cette guerre irrationnelle, qui sont sur le champ de bataille au péril de leur vie pour que le Loroum reste debout, et, d’autre part, de nos mères, pères, frères, sœurs, épouses, maris et enfants affectés par cette double crise sécuritaire et humanitaire qui les expose gravement à la déchéance humaine. Vos contributions de toute nature sont les bienvenues parce que le combat engagé sera de longue haleine, même si nous espérons que non ;

· Aux organisations humanitaires, ONG et Associations de développement, aux amis du Burkina Faso et du Loroum, la poursuite et le renforcement de vos actions d’accompagnement des populations victimes innocentes sont plus que jamais attendus. Puisse le Tout-Puissant, dans sa Miséricorde infinie, entende et exauce les prières de toutes les populations injustement meurtries.

Vive les FDS !

Vive les VDP !

Vive le Loroum !

Vive le Burkina Faso !

Titao, le 09 novembre 2021

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.